la Marseillaise.fr - 20/02/2016

La ville de #Marseille veut redynamiser son centre après l’avoir un peu dynamité


Écrit par Florent de Corbier vendredi 19 février 2016 08:09

Après plusieurs années de frénésie commercialo-immobilière, la Ville de Marseille y met un frein. Une bonne nouvelle pour les enseignes de l’hyper-centre.

Marseille a-t-elle surestimée l’appétit commercial de ses habitants et touristes ? Car après des ouvertures à foison (Terrasses du Port, Docks, Voûtes de la Major et bientôt Prado-Vélodrome ou des rénovations (rue de la République, Bonneveine, Centre Bourse, Valentine) dans un temps très rapproché, la Ville a décidé de geler la construction de pôles commerciaux. Sur les 200 000m2 de nouvelle surfaces prévues, 150 000m2 ont été réalisés. « Je pense qu’on va s’arrêter là » , a annoncé, avant-hier sur les ondes de France Bleu Provence, Solange Biaggi, l’adjointe (LR) au maire déléguée au commerce. Exit donc le projet en friche de Bleu Capelette.

« Ce n’est pas une mauvaise chose », réagit Guillaume Sicard, président de la fédération Marseille centre qui regroupe les commerçants du centre-ville. S’il y a un secteur qui a souffert de ces multiples ouvertures, c’est bien celui de l’hyper-centre, coeur commercial historique qui a vu l’offre se déplacer au nord vers la rue de la République et Euromed. « Tout est arrivé en peu de temps, note celui qui tient la boutique de T-shirt « Un été en vacances » à deux pas du Vieux-Port. L’hyper-centre a eu du mal à s’adapter à toutes ces ouvertures. »

« Le rouge est mis au niveau du centre-ville qui est en danger », abonde Stéphane Mari. Le chef de file de l’opposition socialiste au conseil municipal cite même de grosses enseignes : « Les Galeries Lafayette qui vont quitter la rue Saint-Fé pour le centre commercial du Vélodrome, le départ de Nike place Félix-Baret ou les difficultés de l’Hard rock café. » Dans un communiqué, il « se félicite que la ville de Marseille reprenne enfin à son compte sa proposition de geler les permis de construire sur les centres commerciaux ».

Un plan Marshall réclamé pour le centre-ville

Régulièrement, les différentes associations de commerçants pointent les fermetures et les situations financières dramatiques de diverses boutiques, guère aidées non plus par la conjoncture nationale. La Ville préfère, elle, voir le verre à moitié plein. « En 2015, il y a eu 50 ouvertures de commerces en centre-ville », assure Solange Biaggi, toujours sur la radio locale. L’élue ne veut pas opposer le centre-ville avec les autres pôles commerciaux et rabâche la volonté municipale de réduire l’évasion commerciale, c’est-à-dire l’achat des Marseillais en dehors de leur ville. « En 8 ans, nous l’avons diminuée, passant d’un milliard d’euros à 600 000 et l’argent dépensé à Marseille a augmenté de 800 millions d’euros dont 250 sur le centre ville », chiffre-t-elle.

Dans le même période, les collectivités ont investi 200 millions d’euros dans le grand centre-ville, de Castellane à la rue de la République. La fameuse rue haussmannienne largement réhabilitée et qui ressemble par endroits à un village Potemkine. En cause notamment des loyers excessifs : la Ville certifie aujourd’hui avoir eu la promesse d’une baisse des loyers, au cours d’une récente réunion avec les propriétaires fonciers.

Pour les commerçants du centre-ville, si la requalification de le rue de Rome avec le tramway, celle prévue pour Paradis ou la toute fraîche pose de plantes rue Saint-Ferréol vont dans le bon sens, il manque une stratégie globale. Sans oublier la Canebière qui se cherche une identité. « Nous attendons aujourd’hui que les collectivités réfléchissent ensemble à une sorte de plan Marshall pour le centre-ville et définir une vision à moyen et long terme », réclame Guillaume Sicard.

Propreté, voirie, façades, végétalisation, baisse des tarifs de stationnement, semi-piétonnisation sont notamment évoqués par le commerçant « de manière à « marketer » l’hyper-centre » car « Marseille est une ville monde pleine d’atouts qui peut profiter d’une dynamique de grand centre commercial à ciel ouvert », vante le président de Marseille centre. « Il est urgent de mobiliser toutes les énergies pour redynamiser le centre historique de Marseille », enjoint Stéphane Mari, qui propose, entre autres, de piétonniser une fois par mois l’ensemble du Vieux-Port et ses alentours. Les commerçants espèrent que les choses bougeront avant l’ouverture du centre commercial Prado-Vélodrome, prévu pour fin 2017.

Florent de Corbier

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0