La Provence.com - 28/06/2009

Bataille de gros sous autour de la réhabilitation du centre de Marseille



La prorogation de la concession du périmètre de restauration immobilière (PRI) "Thubaneau" est présentée en conseil municipal lundi.

Trois rapports concernant la réhabilitation du centre-ville sont présentés ce lundi au conseil municipal de Marseille. Ils portent sur la prorogation de la concession sur le PRI (périmètre de restauration immobilière) "Thubaneau" et sur la préparation des clôtures de ceux du "Centre ville" et du "Panier". En d’autres termes, Marseille Aménagement, qui était concessionnaire de la Ville pour la réhabilitation de ces secteurs, ne devraient bientôt plus gérer que le premier… qui est pourtant le plus avancé.

Ce qui fait bondir Nouredine Abouakil, de l’association Un centre ville pour tous. "Je ne comprends pas à quoi ça sert de prolonger la mission sur "Thubaneau". En 2007, on nous annonçait que 90% des immeubles avaient été traités, et là, on proroge encore ? Tout est quasiment rénové, alors on nous justifie ça par la réalisation d’un musée de "La Marseillaise"…C’est un manège sans frein, la Ville ne cesse d’alimenter Marseille Aménagement, s’insurge-t-il. Ce qui est sûr, c’est que ça va encore lui coûter très cher. Le maire était d’accord pour un audit sur Marseille Aménagement et il proroge la concession, sans les moindres conclusions d’audit !"

S’il évoque un musée, c’est que c’est la réalisation du Mémorial de "La Marseillaise" qui semble conditionner cette prorogation. "Les PRI arrivent à échéance fin 2009, explique Charles Boumendil, le patron de Marseille Aménagement qui sert de bras armé à la mairie de Marseille sur les dossiers immobiliers. La Ville a choisi d’arrêter nos missions sur le "Centre-ville" et le "Panier". Si elle maintient notre mission sur " Thubaneau", c’est uniquement parce que le Mémorial de "La Marseillaise" est prévu à l’intérieur de ce périmètre, et que relancer une autre procédure ralentirait trop le projet ". Il n’y a en effet selon lui, "plus aucun immeuble à réhabiliter dans ce PRI ", alors que "sur l’ensemble des PRI, 79% des logements ont été rénovés". La Ville, qui n’a pu être jointe, chercherait-elle à diminuer les coûts ?

Nouredine Abouakil n’ose y croire, pariant plutôt sur "un nouveau mastodonte à la place de Marseille Aménagement". Il insiste donc sur les pertes financières : "La Ville débourse 25 millions d’euros pour ces PRI, continuer comme ça, c’est une fumisterie ! C’est gaspiller l’argent public…"

"Des sentiments" selon Charles Boumendil, qui préfère préciser que "la participation de la Ville sur l’ensemble des opérations est de 29,5 millions pour le centre-ville et de 6,4 millions d’euros pour Thubaneau, soit environ 36 millions pour 3 000 logements. On la connaît et elle ne devrait pas être modifiée. Après, savoir si cher ou pas, c’est tout le débat. Ce que je peux dire c’est que l’équipe de Marseille Aménagement qui travaille sur le centre-ville représente un coût de 1,65 millions d’euros par an alors que ça rapporte 1,3 millions d’euros."

Quant à évaluer l’impact de la fin de cette mission pour Marseille Aménagement : "Fin 2010, il faudra trouver de l’activité pour certaines personnes, le président de MPM et le maire ont clairement dit qu’il n’y aurait pas de licenciement collectif donc il faut de nouvelles missions". Un point sur lequel Nouredine Abouakil le rejoint : "Il faudra bien admettre un jour que le travail est terminé, ce qui posera le problème des 80 emplois. Chacun veut laisser ça à son successeur. En attendant, ça saigne les finances publiques..."


Quel contrôle pour les Périmètres de restauration immobilière ?

Y’a-t-il un défaut de contrôle des PRI du centre de Marseille ? C’est en tout cas une des raisons qui ont poussé Philippe Sanmarco à démissionner de la présidence de Marseille Aménagement, au terme d’un bras-de-fer avec Charles Boumendil qui, s’il reste en place, est aujourd’hui dans une position très fragile. Au plus fort de la bataille, l’élu devait rappeler que la Chambre régionale des comptes n’a pas étudié les finances de la société d’économie mixte depuis dix ans... (1)

Logiquement, cette question a animé le 28 mai le conseil d’administration de Marseille Aménagement, dont "La Provence" s’est procuré le compte-rendu. Ainsi, tout en défendant le bilan de Charles Boumendil, le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin a fini par regretter que la machine ait échappé aux élus : "Je crois que ce sont les élus les patrons", a-t-il martelé.

Beaucoup plus incisif, Eugène Caselli, le président PS de la communauté urbaine MPM, a appelé à la vigilance : "Nous serons particulièrement attentifs à ce qui doit être la clôture du PRI. On ne peut véritablement travailler en concorde que si l’on est vraiment associé à un certain nombre de décisions".

Maire PS des 1er et 7e arrondissements, Patrick Mennucci devait rappeler, lui, l’opposition historique de la gauche au fonctionnement du PRI, "parce qu’il a appauvri le centre-ville et enrichi les investisseurs" : "Le taux de propriétaires occupants du premier arrondissement, en l’espace de dix ans, est passé de 36% à 27%, ce qui dans un secteur aussi fragile a été un véritable désastre". Et l’élu de s’inquiéter du coût de l’opération : "J’ai indiqué au conseil municipal que la clôture du PRI va coûter très cher. On parle de 20 millions, j’entends 30 millions...".

(1) Poussée par la tempête qui secoue Marseille Aménagement, la Ville vient de demander à la Chambre d’intervenir. Reste à savoir si la justice aura le temps de réaliser une étude d’ici la fin de l’année, le recours à une société d’audit privée pouvant alors être une porte de sortie.
 

Audrey Savournin (asavournin@laprovence-presse.fr)

 Publié le dimanche 28 juin 2009 à 14H57

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

12/05/2011
A propos de la rénovation du Vieux-Port et des concertations(Communiqué de presse de l’association "un centre ville pour tous")

21/03/2014
LES REPONSES DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARSEILLE AUX QUESTIONS POSEES PAR L’ASSOCIATION "UN CENTRE VILLE POUR TOUS"(Communiqué)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/11/2013
Rendez-vous d’un" centre ville pour tous" " Belsunce aujourd’hui " (Communiqué et invitation)

26/03/2016
UNE ECOLE POUR NOAILLES(Communiqué)

29/09/2013
La ville à l’épreuve de la démocratie : trois jours d’échanges, de débats et de retours d’expériences(L’Université populaire Pensons le matin )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0