Marsactu.fr - 1er/09/2014

Carlotti est pour l’encadrement des loyers marseillais, Gaudin non

Ne pas s’encadrer

Ceci n’est pas une fronde. Ce lundi, la députée socialiste Marie-Arlette Carlotti a publié sur son site un appel à étendre l’encadrement des loyers à Marseille. Le premier ministre Manuel Valls avait annoncé lui-même que cette disposition nationale prévue par la loi Alur resterait limitée à titre expérimental à la seule capitale. Mais ne voyez pas là une critique de la politique du gouvernement de la part d’une ex ministre mais plutôt le signe d’un retour au pays de l’élue du 4/5. "Je ne suis pas une frondeuse. Je soutiens la politique du gouvernement et le pragmatisme du premier ministre mais je suis aussi une élue du coeur de Marseille. Or, les Marseillais souffrent pour payer leurs loyers. S’ils ont stagné ces récentes années, ils avaient beaucoup augmenté avant. L’encadrement des loyers ne peut pas être limitée à Paris. A Marseille, on ne peut pas attendre 2017."

Marie-Arlette Carlotti n’est pas la seule élue à monter au front de cette extension de l’expérimentation. A Marseille, l’élu écologiste Karim Zeribi l’avait devancée dans le week-end. Après Martine Aubry cité par le JDD, des élus de l’agglomération de Grenoble et de Plaine Commune en Seine Saint-Denis ont également demandé à bénéficier d’une dérogation. Manuel Valls ne s’est pas montré hostile à l’idée d’une extension aux communes volontaires. Or, la Ville ne semble pas franchement prête à participer aux expérimentations du gouvernement. Le maire, Jean-Claude Gaudin, a tenu à le faire savoir par voie de communiqué : "Les socialistes ont fait, une nouvelle fois la démonstration de leur incompétence en revenant sur leur décision. S’ils avaient pris la peine, en amont, de solliciter l’expertise des professionnels, ils auraient compris que le marché locatif se régule de lui-même en fonction de l’offre et de la demande. (...) Je ne tomberai pas dans le piège de la démagogie et laisse Mme Aubry régler ses comptes avec ses amis du gouvernement." Ce faisant, le maire snobe ouvertement son élue d’opposition pour se placer sur le terrain national.

Quant à son adjointe au logement, la centriste Arlette Fructus, elle réaffirme que Marseille n’est en aucun cas "volontaire pour participer à cette expérimentation" tout en se félicitant que Manuel Valls ait pris les bonnes décisions concernant les mesures destinées à relancer le secteur du bâtiment "véritable locomotive économique de notre ville".

Par Benoît Gilles, le 1 septembre 2014

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0