25/11/2008

Diffusion sur Radio Grenouille du documentaire sonore " "Attention à la fermeture des portes"

Cette création réalisée par Caroline Galmot. Elle l’a été dans le cadre de la Recherche-Action "Renouvellement Urbain à Marseille : centralité populaire et mobilisation collective, le cas de la rue de la république", financée par le Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA - Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durable), ainsi que par le conseil régional Provence Alpes Cotes d’Azur. Celle-ci est menée par Jean-Stéphane Borja, Martine Derain et Véronique Manry et concerne la mobilisation des habitants de la rue de la République.
Heures de diffusion : dimanche 23 novembre à 17h10 et mardi 25 à 13h30,


D’abord Marie-Thérèse, puis Jules, Odette, Vincent, Michel, Nacera, Monique, tous disent la même chose : on ne veut pas partir ! Tous ont reçu des menaces, des pressions, des non-renouvellements de bail, tous ont décidé de ne pas y répondre. Ils habitent la rue de la République à Marseille, une rue qui connaît depuis 2001 l’une des plus grande rénovation urbaine de France. Une opération d’envergure qui s’inscrit dans un vaste programme d’une OPAH (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) mise en place par les pouvoirs publics sous l’égide de l’Etablissement public d’Aménagement Euroméditerranée. Transformer le visage économique et social du quartier, le rendre à « sa juste valeur », celle d’un patrimoine haussmannien, sont les volontés des différents opérateurs. Les habitants quant à eux, malgré les promesses, ne faisaient pas partie de cette réhabilitation.
Oui, mais voilà parfois l’histoire, la mémoire résiste. Modestes, isolés, et pour la plupart âgés, ces habitants ont réussi à faire entendre leur voix, beaucoup grâce à Un Centre Ville Pour Tous, association active qui les a orientée, guidée, conseillée, soutenue dans leur combat.
Une bataille à contrecœur a donc commencé en 2004, celle des habitants seuls face à un système trop libéral pour eux. Le combat est banal, l’issue tracée d’avance.
Et pourtant, à force de mobilisation collective, de rebonds médiatiques, les grains de sable ont réussi à enrayer la machine infernale qui s’est pliée peu à peu au droit et au respect des personnes. Aujourd’hui il n’est plus question dans la rue de la République ni d’expulsion, ni de délogement sans relogement, une petite victoire pour la mobilisation citoyenne.
J’ai écouté les paroles de ces habitants et avec Eric nous avons travaillé. Au-delà de la nostalgie, la volonté, l’humour, la solidarité, la force du collectif prennent le dessus sur l’isolement, la vieillesse, la peur. Car malgré les pressions des promoteurs immobiliers, l’abandon des communs par les propriétaires, le vide qui ronge peu à peu la rue, ils s’accrochent. Leur désir est de rester dans ce quartier, dans cette rue, dans cet appartement qu’il connaisse si bien et qui leur ressemble tant.
Et le tram flambant neuf passe, il est devenu le nouveau cœur du quartier battant à un rythme lent, régulier. Le tramway passe emportant avec lui les travaux incessants, les passants discrets, les musiques populaires surprises d’une fenêtre, nous rappelant qu’ici l’histoire est aussi au présent, quelques sonorités de la rue enregistrées au cours de l’année 2008.
 
La rue de la République est-elle comme on veut bien nous le faire croire une rue sans âme rongée par les rats et pour laquelle une réhabilitation est plus que nécessaire afin d’y proposer des logements décents pour tout le monde ? Que dire alors de toutes ces personnes qui y habitent depuis des décennies. Un vide pas si désert que ça, pour ceux qui veulent bien prêter l’oreille et écouter le murmure grandissant de ces voix qui nous rappelle au bon sens.



Vie de l'Association

Autres actualités


Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0