La Marseillaise.com - 27/01/2010

La Ville soigne sa com’ sur le logement

 Deux nouvelles conventions Anru pour les Hauts de Mazargues et le centre Nord vont être signées. 
 

Habitat. La municipalité lance une semaine spéciale qui décline ses politiques.
 
Au rez-de-chaussée de l’Hôtel de ville, dans la salle des mariages au décor baroque, les tables et les tabourets hauts chromés apparaissent un rien décalés. D’un côté, les élus : Roland Blum, Claude Valette, Danielle Servant, Valérie Boyer et Arlette Fructus. De l’autre, un mélange assez bigarré de rares journalistes, promoteurs et acteurs du logement.
D’un bord à l’autre, la parole est censée circuler librement. Exercice difficile quand autant d’élus ont accès au micro. Adjointe en charge du logement, Arlette Fructus joue le rôle de madame Loyale : « Cette configuration inhabituelle a pour but de faire passer un message, celui d’une équipe qui travaille au service des Marseillais et du logement pour tous. » Elle passe ensuite la parole au Premier adjoint Roland Blum qui brosse le portrait d’une « ville qui avance ». « Marseille est une locomotive pour tout le département. Nous avons attiré 50 000 nouveaux habitants depuis 1999 : 24% viennent de la Provence, 43% du reste de la France et 15% de l’étranger. »
 
Que des bonnes nouvelles…
 
Vient ensuite le tour de Claude Valette qui parle d’urbanisme et de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU) effectué par la communauté urbaine. « Notre projet de territoire repose sur la volonté de faire de la ville sur la ville tout en protégeant les espaces naturels dans un souci de développement durable. »
Entre deux interventions, un strapontin a été offert à Michel Bourgat pour qu’il parle de l’hébergement des sans-abri.
Mais tout de suite la parole repart vers Valérie Boyer, élue en charge de la rénovation urbaine. « L’engagement de l’Agence nationale de rénovation urbaine pour Marseille représente 1 milliard d’euros d’investissement et concerne 5 000 logements d’ici 2012. Notre objectif est qu’il n’y ait plus de zone de non-droit et de non-passage dans notre ville. »
Au terme des 13 conventions Anru, 2 300 logements sociaux auront été détruits pour 2 800 reconstruits, pour un solde positif de 500 qui ne pèse pas lourd face à la masse alarmante de demandes de logement social en attente. A ce sujet, la Ville annonce la prochaine signature de deux nouvelles conventions pour les Hauts de Mazargues et le centre Nord.
Autre motif de réjouissance municipale, les bons chiffres des livraisons de logement social pour l’année 2009 : « Nous avons dépassé l’objectif de 1 500 logements sociaux réalisés », se félicite Arlette Fructus. Avant de céder la parole une fois encore à Danielle Servant, en charge de la politique foncière.
Là encore, hymne à la joie : « La Ville a récemment acquis l’une des casernes de la Belle de Mai, celle de la Busserade pour 11 millions d’euros. Nous y ferons des logements sociaux et à loyer libre ainsi que deux salles de classe. » La tendance générale est tellement positive que l’on remarque à peine le lapsus de l’élue : « Nous cherchons toujours à préserver l’intérêt particulier sur l’intérêt général. » Juste après avoir parlé de la vente de la bastide de la Ribassière par Kaufmann et Broad avec une ristourne de 300 000 euros par rapport au prix des Domaines, c’est un lapsus calamiteux.
 
BENOÎT GILLES
 
 
 
 27-01-2010
 
 
 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0