La Provence.com - 2/07/2016

Logement : Marie-Arlette Carlotti lance l’alerte

La députée marseillaise dresse un premier constat sur le mal logement

Chargée par le ministère du Logement d’une mission d’évaluation sur l’accès au logement des ménages défavorisés, la députée marseillaise PS Marie-Arlette Carlotti dresse un premier bilan d’étape...

Quelle leçon tirez-vous de ce "Tour de France" du mal logement ?
Marie-Arlette Carlotti : 
Dans 14 départements français, on a observé des anomalies dans l’application de la loi sur le Droit au logement opposable (Dalo). On constate que la situation globale du logement est extrêmement tendue. En France, selon les territoires, on a entre 15 % et 75 % d’acceptation des dossiers. Il faut rapidement aller vers une réelle équité.

Comment se situent les Bouches-du-Rhône ?
Marie-Arlette Carlotti : C’est l’un des territoires où quelque chose ne convient pas. Ici, 5 922 dossiers ont été déposés en 2015. C’est énorme, presque la moitié de Paca ! Pourtant, seuls 33 % ont été acceptés. Et quand c’est le cas, le timing a été de 282 jours. Or le délai légal est fixé à 180 ! D’une, on n’arrive pas à reloger les gens. De deux, rarement dans les temps impartis.

La faute à qui ?
Marie-Arlette Carlotti : On a un manque criant de logements et de logements sociaux, à Marseille par exemple. D’autant plus qu’on va avoir une demande croissante. L’autre problème, c’est qu’on a une rotation très faible, de l’ordre de 6,7 %... Les gens n’en partent plus ! Ça crée un blocage complet.... Et oui, il y a une mauvaise volonté de certains maires. C’est pourquoi le préfet a reçu des directives fermes de l’État lui demandant de faire appliquer la loi. Parfois en prenant des sanctions, parfois, en discutant pour avancer...

L’habitat insalubre est également pointé du doigt...
Marie-Arlette Carlotti : En effet, à Marseille, beaucoup de personnes qui auraient droit à un logement social sont dans le privé. À ce jour, sur le territoire, près de 79 % des résidences principales sont occupées par des ménages éligibles au logement social, dont 22 % qui ont, du coup, des difficultés pour payer le loyer. En plus, l’habitat est extrêmement insalubre. On estime que 40 000 sont dans cecas. Autre problème, la plupart sont suroccupés. En moyenne, moins de 9 m² par personne à Marseille ! Au niveau de la Métropole, il a donc urgence à un véritable plan de construction de logements sociaux et de réhabilitation du privé existant. Car oui, la situation est dramatique.

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0