Marsactu.fr - 22/02/2013

Rénover 500 immeubles indignes, « on n’y arrivera pas »

L’inauguration par le maire de 105 logements sociaux dans le 1er arrondissement contraste avec l’avancée encore lente de la réhabilitation programmée de 500 immeubles "indignes" du centre-ville. En cause : les moyens et les procédures, mais leur destination une fois rénovés pose aussi question.

Le 1 rue de la Palud, dont la livraison a été repoussée d’août 2012 à juin 2013.

Ce vendredi, Jean-Claude Gaudin inaugure deux résidences sociales et une pension de famille flambant neuves, rénovées par Adoma. Soit 105 logements sociaux dans un 1er arrondissement qui n’en compte que 12%, beaucoup de précaires habitant dans le parc social "de fait". Rien à dire, le maire UMP de Marseille jouera sur du velours avec cette belle opération. Mercredi soir, son adjointe au logement Arlette Fructus (UDI) avait la partie plus difficile en acceptant l’invitation d’Un centre ville pour tous de débattre de son programme d’éradication de l’habitat indigne, concentré majoritairement dans les trois arrondissements de ce même centre-ville.

Comme l’a rappelé l’élue, l’éradication de l’habitat indigne - EHI en langage techno - est une politique menée en partenariat avec l’Etat. L’objectif est de rénover 500 immeubles qui présentent un danger pour leurs occupants, même si certains sont parfois vacants. Arlette Fructus a repris sa classification de l’action entre "les gentils" (qui incitent les propriétaires à faire les travaux), les "moyennement méchants" (qui négocient un rachat avec ceux qui ne veulent ou peuvent pas rénover) et "les méchants" (qui lancent l’expropriation). Entre temps, les locataires sont relogés dans l’une des 130 places réservées pour le programme, avec "pour ceux qui le souhaitent une solution définitive" ailleurs.

"Changement qualitatif" pour les occupants

Face à elle, des militants associatifs, des professionnels ou universitaires très souvent capables de mettre en face d’une adresse un état des lieux, des occupants et une situation sociale. Ca a donc discuté ferme, mais l’élue a eu la bonne surprise de la reconnaissance d’un "changement qualitatif" depuis son arrivée en fonction en 2008. "Il y a eu un avant et un après Mme Fructus, a admis Nouredine Abouakil, directeur de l’association. Ce que vous avez décrit sur le soin porté aux anciens locataires n’était pas de mise à l’époque. Il arrivait que des occupants soient évacués à 6h du matin et que la ville nous dise « c’est au propriétaire de reloger, pas à nous ». Aujourd’hui, il y a un contact avec le locataire pour savoir si le propriétaire a respecté ses obligations, sinon la ville s’y substitue et lui fait payer".

Voilà pour le "qualitatif". Là où ça coince, c’est le quantitatif. "On en est au deuxième protocole [EHI entre la mairie et l’État] avec toujours cet objectif de 500 immeubles. Quand on prend les chiffres, on en a traité 200 en 12 ans. C’est long, qu’est-ce qui vous manque pour faire plus, plus rapidement ?", a interrogé Philippe Méjean, de l’institut d’urbanisme d’Aix-en-Provence. Ces chiffres ("42 immeubles réhabilités, 53 en travaux et 95 qui seront traités dans les deux ans") sont d’ailleurs exactement les mêmes que ceux présentés lors du dernier bilan de mars 2012, le premier à faire état d’un démarrage dans ce domaine.

"Qu’est-ce qui nous manque ? Plein de choses... L’argent ? Oui indéniablement mais ça c’est en fin de parcours du combattant", a répondu Arlette Fructus, qui avait présenté auparavant les maintes sources de blocage. Un exemple : les arrêtés d’insalubrité transmis par nos services à la préfecture étaient souvent retoqués. "On s’est rapprochés, on est arrivés à faire un modèle parfait. Depuis ça marche !" Du moins à cette étape. "S’il y avait une prise de conscience collective pour aboutir à des moyens juridiques et des procédures pour raccourcir les délais, ça nous serait très utile (...) Évidemment je souhaiterais que le parc relais soit accru et je l’ai dit à la nouvelle préfète déléguée à l’égalité des chances Marie Lajus car c’était un des engagements de l’État dans le cadre de notre protocole."

"Il faudrait un plan Marshall"

"On est lucide, 500 immeubles on n’arrivera pas à le faire", a-t-elle cependant lâché. C’est dit et difficile de ne pas y voir un manque de moyens financiers comme humains, avec un budget de 1,8 million d’euros par an. D’où cet appel de Jean Canton, président d’Un centre ville pour tous :

Cela fait longtemps que je dis qu’il faudrait un plan Marshall sur cette question quand on sait qu’on estime à 56 000 le nombre de logements potentiellement indignes à Marseille.

A la frontière du quantitatif et du qualitatif, le plan "répond-il aux besoins en logement décent des ménages du centre-ville ?", questionnait le titre du débat. Autrement dit, vu le taux de précarité élevé des ménages en question, combien permet-il de produire de "vrais" logements sociaux en lieu et place d’un parc social "de fait" ? Pas d’éléments chiffrés de la part de l’adjointe au logement, qui a plutôt souligné que l’EHI n’est pas le seul outil pour créer des logements sociaux.

"Si les occupants ne veulent pas revenir, on a un immeuble. La question est qu’est-ce qu’on en fait ?" La réponse, pour elle, est dans le souci de favoriser "la mixité. Quand on fait la résidence Solaris à Saint-Mauront en accession sociale à la propriété, j’ai le sentiment que c’est pour le mieux en terme de vivre ensemble. Et on a d’ailleurs du mal à la commercialiser..." Soit. "Mais comment cela se décide-t-il ? J’aimerais bien savoir s’il y a un comité de programmation, comment il fonctionne", remarque Jean Canton. Gageons que là encore la problématique financière n’est pas absente.

Par Julien Vinzent, le 21 février 2013


Voir Marsactu.fr du 21 février 2013

 

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

15/02/2013
"L’enjeu d’Eradication de l’Habitat Indigne : le plan décidé par la Ville répond il aux besoins en logement décent des ménages du centre ville ? "(Communiqué et invitation)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

28/01/2016
Le 21ème rapport sur le Mal logement(Fondation Abbé Pierre)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

21/11/2015
Rendez-vous de CVPT "Le logement indigne à Marseille : changer de niveau et de méthode" (Communiqué)

16/10/2014
"Une inaction inadmissible contre les marchands de sommeil"(Communiqué)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0