La Provence.com - 28/06/2014

Le Conseil régional serre la vis sur le quota de logements sociaux

Habitat


En réponse au préambule du président PS Michel Vauzelle, hier, sur les "missions de la Région en matière économique et sociale", le Toulonais Yannick Chenevard (UMP) s’est d’abord demandé si "c’est bien le rôle des conseillers régionaux de parler de la situation nationale ? Mais, ajoute-t-il, un peu perplexe, comment déconnecter la Région de la France et de l’Europe ?" Pour se convaincre de la réponse, il choisit donc de tacler les socialistes et le premier d’entre eux, François Hollande, dont "les choix politiques ont conduit à une diminution de 30 % des mises en chantiers de logements en un an".

L’occasion d’amorcer un débat qui aura occupé une bonne partie de la matinée lors de la séance plénière du Conseil régional. En introduction, Michel Vauzelle avait posé les jalons de son orientation et de l’ordre du jour qui en découlait. Égalité hommes-femmes, consolidation des critères sociaux dans l’aide aux entreprises, renforcement du soutien à l’économie sociale et solidaire, et donc logement locatif social. "Notre région souffre d’un très grave déficit en la matière, analyse-t-il. Le gouvernement ayant décidé d’accentuer la pression sur ce thème, nous allons proposer que les communes ne respectant pas les dispositions de la loi soient davantage sanctionnées et qu’à l’inverse, celles qui les respectent bénéficient d’un soutien renforcé." Un pavé dans la mare sudiste, Provence-Alpes-Côte d’Azur ne proposant que 11,4 % de logements sociaux, là où la moyenne nationale est de 15 %. En 2011, le Conseil régional avait déjà pris des mesures coercitives en minorant de 20 % ses aides aux communes ne respectant pas le seuil des 20 % de logements sociaux et en abondant ainsi un fonds permettant de loger les jeunes. Passée depuis dans la tourmente, la loi Duflot de janvier 2013 a fait grimper le seuil à 25 %, bouleversant la donne dans 178 communes de plus de 3 500 habitants dans la région. "Même si nous sommes d’accord sur l’enjeu majeur qu’est l’habitat, nous ne sommes pas habilités à être les justiciers du logement social", réagit la Marseillaise Arlette Fructus (UDI), fustigeant une "loi Duflot aux effets bloquants qui a abouti à l’effet inverse de ce qui était préconisé". Avant elle, l’écologiste dignoise Colette Charriau, déléguée au logement à la Région, avait vilipendé "les communes au comportement intolérable alors que 1,5 million de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en Paca. C’est de notre devoir de les aider." Quitte à serrer la vis des communes. La délibération a été adoptée, UMP et FN ont voté contre.

François Tonneau



Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0