La Provence.com - 30/03/2012

Plan local d’urbanisme, quel impact pour les Marseillais ?

La communauté urbaine MPM organise 8 réunions pour présenter les futures règles de construction
 

Objet de vives batailles lors de son adoption en 2000, le Plan d’occupation des sols a favorisé une multiplication des constructions. L’élaboration du PLU est donc suivie de très près par les associations et les Comités d’intérêts de quartier.

Après trois ans d’études, Marseille entre dans la dernière ligne droite de l’élaboration de son Plan local d’urbanisme (PLU). Destiné à remplacer le Plan d’occupation des sols adopté en 2000, ce document sera le mode d’emploi de la construction pour les années futures. C’est lui qui définit notamment si une zone dépend du logement, de l’activité industrielle, des commerces, etc., ou si elle est inconstructible pour protéger l’environnement. De même, il prévoit les hauteurs des immeubles, sujet toujours sensible, ainsi que les créations de places de parking et les réserves foncières pour réaliser des équipements.

Si la philosophie du projet a déjà été présentée à plusieurs reprises, la trame des zonages envisagés est encore une inconnue. D’où l’organisation par la communauté urbaine Marseille Provence Métropole de huit réunions de concertation, la première ayant eu lieu hier soir pour les 6e et 8e arrondissements : "Elles doivent permettre de mieux faire comprendre le projet en cours d’élaboration", explique-t-on à MPM.

Qui est responsable ?

Si la communauté urbaine est seule compétente pour élaborer le PLU, la règle dans l’agglomération marseillaise veut que les maires des 18 communes de MPM conservent la main sur leurs territoires respectifs... Une spécificité locale souvent décriée, car elle empêche parfois une approche cohérente entre villes voisines. Qu’importe, maire UMP de Marseille et chaud partisan d’une multiplication des constructions, Jean-Claude Gaudin se félicite que "la commission MPM chargée du projet soit composée exclusivement d’élus marseillais". Président PS de Marseille Provence Métropole, Eugène Caselli n’entend toutefois pas être absent du processus, comme il l’a rappelé en début d’année lors de ses voeux à la presse.

Huit réunions de proximité

Huit réunions de concertation publique sur le Plan local d’urbanisme de Marseille ont été programmées par MPM, une par arrondissement. Après celle des 6e et 8e hier soir, rendez-vous aujourd’hui à 17 h 30 à la mairie de secteur des 15e et 16e arrondissements, parc François Billoux. Les autres dates : lundi 2 avril à 17 h 30 pour les 4e et 5e arrondissements à la mairie de secteur (square Sidi Brahim) ; mardi 3 avril à 18 h 30 pour les 11e et 12e arrondissements à la mairie de secteur (avenue Bouyala d’Arnaud) ; mercredi 4 avril à 17 heures pour les 9e et 10e arrondissements à la mairie de secteur (boulevard Paul Claudel) ; jeudi 5 avril à 18 heures pour les 2e et 3e arrondissements à la mairie de secteur (place de la Major) ; mercredi 11 avril à 17 heures pour les 1er et 7ème arrondissements à la mairie de secteur (125, La Canebière) ; jeudi 12 avril à 17 h 30 pour les 13e et 14e arrondissements à l’Espace culturel de la Busserine (rue Mahboubi Tir).

Le calendrier

Une fois passées les huit réunions de proximité qui permettront de récolter les premières observations des Marseillais, le détail du zonage sera finalisé pour le conseil communautaire de Marseille Provence Métropole du mois de juin, qui arrêtera le projet de PLU. "L’enquête publique n’est pas encore fixée mais elle se déroulera probablement au dernier trimestre 2012", indiquent les services de MPM.

Schéma de cohérence, l’enquête publique

Peu connu même sous son surnom de "Scot", le "Schéma de cohérence territoriale" est en quelque sorte le grand frère du PLU. Instauré en 2000 par la loi SRU, il s’agit d’un document d’urbanisme qui programme les grands axes de développement et d’aménagement à l’échelle d’une intercommunalité. Pour s’en doter, Marseille Provence Métropole n’aura pas été des plus performantes puisqu’après des années d’études, elle arrive enfin au stade de l’enquête publique : elle démarre le 16 avril et se poursuivra jusqu’au lundi 21 mai. Une ultime concertation que les Marseillais auraient tort de négliger : "Le Scot est opposable au plan local d’urbanisme qui n’en est en fait que l’application de proximité, rappelle un architecte. Autrement dit, pour influer sur les règles de construction en bas de chez eux, les habitants et les associations seraient bien inspirés de s’exprimer dès le stade des principes généraux".

Renseignements : 04 91 99 99 00, www.marseille-provence.com

Fred GUILLEDOUX

Publié le vendredi 30 mars 2012 à 12H33

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0