La Provence.com - 24/11/2013

Pauvres, isolés, mal logés, les Marseillais des Crottes résisteront-ils ?

Le témoignage d’habitants du périmètre et d’associations

 

Un enfant sur la hanche, l’autre accroché à son boubou chatoyant, Amina sort de chez elle, boulevard Oddo (15e). "Euro quoi ? Pardon, je connais pas." Une fois , deux fois, dix fois, les habitants des Crottes et de la Cabucelle que nous avons rencontrés nous ont fait cette réponse. "J’ai d’autres problèmes que ces conneries", balaie Roger, boulevard Magalon. Les fins de mois difficiles (38 % de la population active des Crottes est au chômage, 69 % des ménages ne sont pas imposables), l’insécurité et l’insalubrité galopante -certaines rues semblent abandonnées par les cantonniers depuis toujours-, l’isolement sont "des problèmes plus urgents" pour nombre de personnes du secteur.

Le quartier des Crottes comptait 3457 habitants en 2008, principalement des personnes seules ou des couples sans enfants bien que depuis 15 ans la démographie y explose (+ 34,8 %, soit 28 points de plus que le reste de Marseille !). Pauvre et toujours peu peuplé (17 habitants au km²), dépourvu de services publics (une seule école) mais aussi de relais associatifs, le quartier semble à des lieues d’imaginer la révolution qui s’annonce.

Mais certains parmi les plus vieux -et rares propriétaires- sont franchement inquiets. À l’image de Claire qui habite rue Joséphine depuis 1970. "J’ai vécu là avec mon mari, mes enfants dans ce 52m². J’ai plein de souvenirs ici. En plus, comment voulez-vous que je rachète quelque chose ? Je suis en invalidité : qui va vouloir me faire crédit". Claire n’est pas dupe. Et s’inquiète des acquisitions foncières par l’Etablissement Public Foncier Paca qui sont en cours. "Je sais que je fais partie du lot de l’extension. Dans mon immeuble, il ne reste que six propriétaires. Les deux garages ont été vendus comme un appartement au-dessus de chez moi. On sait aussi qu’il est impossible de vendre à des particuliers : tout est préempté ! Tout cela m’angoisse Je ne me vois pas partir et devenir locataire à mon âge dans un HLM. Là, on est quasiment en famille". Tout ce périmètre entre le bd de Vintimille et la rue Joséphine est en effet un des projets clé de la Zac Littorale. Le secteur essentiellement occupé par des activités et des entrepôts, devrait connaître un réaménagement total avec la création de voirie et de nouveaux logements et équipements.

Si les documents afférents à la Zac, que nous nous sommes procurés, indiquent qu’en raison du faible nombre de ménages aux Crottes (840), "le projet veillera à maintenir la population en place", des associations comme Un Centre-ville pour tous (CVPT), forte de dix ans d’expérience auprès des habitants de Belsunce ou de la rue de la République, s’alarment : "La siuation qui s’annonce me semble bien pire, observe ainsi Nouredine Abouakil, car sur l’extension d’Euroméditerranée, on n’est pas dans un périmètre de restauration immobilière (PRI) qui fait obligation aux propriétaires de reloger leurs locataires. Or c’est le risque majeur pour la population : que les immeubles soient vendus vides, et que les locataires se retrouvent sans rien." Si le collectif "On ne se laisse pas faire" tient des permanences d’information dans le secteur, son combat anti-gentrification peine encore à dégager des pistes concrètes ; malgré nos relances, il n’a pas non plus donné suite à nos demandes d’interview. "Or pour être efficace, il faut avoir accès aux gens, mener avec eux un travail de fond, remarque Nouredine Abouakil. Avec CVPT, nous avons obtenu des victoires, contraint la Ville à reloger des gens. Accompagner les gens dans la défense de droits que pour la plupart, ils ignorent, est un travail monstre que personne ne mène encore. Nous sommes prêts à l’engager aux Crottes. Mais c’est surtout les élus qui pourront, ou ne pourront pas, obtenir d’Euroméditerranée une protection, et l’assurance d’un mieux-vivre futur pour l’actuelle population de ce secteur" Candidate Front de gauche dans les quartiers Nord, Marie Batoux en est bien consciente : "Euroméditerranée 2, c’est un projet très séduisant sur le papier, mais si les gens n’y sont pas associés, et donc bien informés, ce nouveau quartier ne marchera pas, prédit-elle. Le seul bouclier, ce sont les élus. Il faut les interpeller, exiger d’être entendus." Les élus, justement, qu’en pensent-ils ? Michel Vauzelle, l’actuel président PS de la Région, et candidat à la présidence de l’établissement public, garde encore le silence sur son "programme". Plus disserte, Samia Ghali, la sénatrice maire PS qui désormais "n’exclut pas" de présenter sa candidature à ce poste clef -Michel Vauzelle appréciera- le martèle : "Ce dont on manque sur ce secteur, c’est de logements sociaux. Il faut que les bailleurs puissent acheter des terrains, des immeubles, pour en créer. Il faut aussi un phasage de relogements, comme ça se passe sur les opérations Anru. Il faut se saisir des dossiers !" Les dossiers, l’actuel président, Guy Teissier, le député UMP, estime les avoir menés depuis cinq ans en "président normal, consensuel" : "On ne va pas expulser des gens, on va reloger. Au cas par cas, il faudra voir qui peut aller en logement social. On a une association qui va voir les gens, qui les informe. On ne les laisse pas le bec dans l’eau."Avec 14 000 nouveaux logements à créer en quinze ans, le secteur des Crottes-La Cabucelle ne sera pas seulement une opération d’aménagement mais aussi un vivier... d’électeurs. Sur ce terreau longtemps délaissé par la droite, c’est aussi un peu de l’avenir politique de Marseille qui se jouera ici.

Et aussi

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

15/12/2015
Projet de réaménagement de la Plaine : Pour une véritable concertation et co- construction du projet(Communiqué)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2014(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0