La Provence.com - 13/03/2009

Caf en panne : des milliers de foyers privés d’allocations

 

À la suite d’un changement de système informatique, des milliers d’allocations logement n’ont pas été versées

Hier, à la caisse du chemin de GIbbes à Marseille (14e ), près d’un millier d’allocataires ont défilé pour demander des explications. Dans les BdR, où 53 000 dossiers étaient en souffrance, toutes les caisses annexes sont fermées au public cette semaine.

 
Le bug de l’an 2000 n’a pas eu lieu. Mais la Caisse d’allocations familiales (Caf) et les services fiscaux l’ont réinventé pour le passage à l’année 2009. Depuis deux mois, à cause d’un monstrueux cafouillage informatique, des cohortes d’allocataires sont privés de leurs prestations logement (APL). En France, près de 100000 de foyers sont concernés.

Dans les Bouches-du-Rhône (BdR), 10000 ménages parmi les plus modestes ne peuvent plus payer leur loyer ou leur quittance d’accession à la propriété, et des familles sont déjà menacées d’expulsion alors que la trêve hivernale se termine dimanche prochain. Et comme toujours avec l’informatique, cette erreur entraîne des dysfonctionnement en cascade : privés d’attestation de ressources, RMistes et bénéficiaires de l’allocation parent isolé (API) ne parviennent pas à faire renouveler leurs droits.

"C’est une situation exceptionnelle", reconnaît la direction de la CAF des BdR, qui a comptabilisé jusqu’à 53000 dossiers en retard le 5 mars dernier. Aussi, à la Caisse de district du chemin de Gibbes qui couvre tous les quartiers Nord de Marseille, on a frôlé l’émeute hier matin. Après plusieurs heures d’attente, 900 d’allocataires aux abois ont défilé aux guichets, pour tenter d’obtenir une explication.

Face à eux, une dizaine d’agents au bord de la crise de nerfs, qui devraient cesser le travail lundi prochain. Et dire qu’à l’origine, il s’agissait de "simplifier" les démarches pour les usagers... Depuis janvier 2009 en effet, ce sont les services fiscaux - et non plus les allocataires - qui transmettent les informations de revenu à la Caf, à partir des feuilles d’impôt.

Mais en pratique, le croisement des fichiers ne s’est pas fait correctement. Par exemple, lorsque des données ont manqué, le système informatique a tout simplement supprimé le paiement de l’APL. "La direction n’a même pas pris la peine d’envoyer un courrier aux ménages pour les informer du problème", déplore le syndicat CGT de la Caf 13.

"Négligence inadmissible"

Alors que les ménages modestes subissent un brutal recul de leur pouvoir d’achat, la Confédération nationale du logement dénonce une "négligence inadmissible de l’administration, qui plonge les familles dans des situations dramatiques". La CNL exige que "toute la lumière soit faite sur ce dysfonctionnement et que des mesures urgentes soient prises".

Dans la région, tous les bailleurs sociaux ont été contactés. "Nous leur demandons de ne pas pénaliser les familles qui ont des difficultés à payer leurs loyers", plaide Louise Nenna, présidente de la fédération CNL. Certains organismes, comme Adoma ou la Logirem, s’y sont engagés. Mais hier, à la Caisse du chemin de Gibbes, de nombreux allocataires avaient apporté les courriers de leurs bailleurs notifiant des pénalités pour retard de paiement, des commandements à payer et même des lancements de procédure d’expulsion locative.

Devant la file d’attente (790 personnes à 11h du matin !) beaucoup ont renoncé avant même d’atteindre un guichet. Il est vrai que toute cette semaine, les huit caisses annexes du département ont été fermées au public, afin que les agents se consacrent au traitement des dossiers en retard. Et inutile de tenter de régler son problème par téléphone : toutes les lignes de la Caf sont constamment occupées. Quant au site internet, il a été suspendu cette semaine à la consultation des dossiers. Caf... kaïen.

----------------------------------------------------------
Les agents excédés veulent arrêter le travail

Au guichet, qui va craquer le premier ? L’allocataire qui a attendu son tour pour la 5e fois ce mois-ci, pour montrer son découvert bancaire ? Ou le technicien conseil de la Caf, qui, pour la 50e fois de la matinée, entend les mêmes doléances sans pouvoir y répondre ?

Ambiance "cocotte-minute", hier, à la Caisse du chemin de Gibbes (Marseille, 14e ), prise d’assaut dès l’ouverture par des centaines de Marseillais en colère.

Seuls des militants CGT tentaient de faire retomber la vapeur en distribuant des tracts. Pour eux, le "bug" était prévisible : "Ce changement de système est un dispositif lourd, compliqué à mettre en oeuvre. Il n’a pas du tout été anticipé. Et maintenant, on fait supporter aux agents tout le poids du mécontentement légitime des usagers", déplore Lionel Zaouatti, secrétaire général CGT de la CAF 13.

Mais pour ce syndicat, comme pour FO (majoritaire), "le problème rencontré en ce moment est le révélateur d’une crise bien plus profonde de la Caf. L’insuffisance d’effectifs devient ingérable. En 2009, alors que 80 agents vont partir à la retraite, la direction n’a prévu que 26 embauches".

Les Caf, qui ont déjà hérité de la mission orientation du RMI, vont se voir confier, à partir de juin prochain la gestion du revenu de solidarité active (RSA). Ce dispositif inédit, très lourd, pourrait concerner 30 000 nouveaux allocataires dans les BdR. Une estimation faite il y a six mois, avant la crise actuelle.

Avec 30 embauches (en cours) de techniciens conseils et des renforts ponctuels pour l’accueil dans les caisses, la direction de la Caf 13 se dit "sûre de son diagnostic". Elle rappelle aussi que "sur les 4 dernières années, 140 agents ont déjà été embauchés". Au niveau national, "la mise en place du RSA va s’accompagner de 1700CDI, dont 826 sont déjà attribués" , indique Julien Orlandini, directeur adjoint de la Caf 13.

Mais pour les syndicats, ces renforts d’agents sont très insuffisants : "La législation et les procédures sont devenues tellement complexes qu’il faut au moins deux ans pour former un bon technicien conseil", estime Monique Omiro, secrétaire FO. Alors hier, ce sont les agents de la Caf 13 qui ont craqué les premiers.

Réunis en assemblée générale en milieu de matinée, ils ont voté massivement l’appel à une grève reconductible à partir de lundi. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres département.

Par Sophie Manelli ( smanelli@laprovence-presse.fr )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0