La Provence.com - 11/05/2009

Réhabilitation du centre de Marseille, le bras-de-fer continue

Jean-Claude Gaudin a refusé les "dix propositions" de Philippe Sanmarco pour rester à la tête de Marseille Aménagement.

Conseiller communautaire à MPM, Philippe Sanmarco défend l’idée d’une politique pragmatique jouant sur le consensus.

L’entreprise en charge de l’aménagement de l’aire marseillaise devrait avoir un nouveau président le 28 mai. C’est la date choisie par Philippe Sanmarco, (ex-PS, majorité municipale), élu à ce poste au printemps dernier, pour convoquer un conseil d’administration de la société d’économie mixte (Sem), afin d’y confirmer sa démission.

L’élu reproche le système de gouvernance entre la présidence et la direction de la Sem et un problème de stratégie avec une politique qui ne correspondrait pas à la délibération municipale votée le 1er février 2008 qui avait permis l’accord entre Convention citoyenne, mouvement créé par Philippe Sanmarco et le ticket Gaudin-Muselier en vue des municipales.

À la demande du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (UMP), rencontré une première fois le 20 avril, le président démissionnaire avait suspendu sa décision. Mais, à l’issue d’une nouvelle entrevue le 4 mai, Philippe Sanmarco l’a confirmée. "J’ai effectué une demande en dix points, ceux qui me semblent nécessaires pour l’exercice de la fonction de président." Demande à laquelle n’a pas pu répondre favorablement Jean-Claude Gaudin.

"Les accords politiques avec Philippe Sanmarco restent les mêmes et il continuera à être administrateur de la société, explique le maire de Marseille. En outre, j’assisterai à cette séance où sera élu le nouveau président". La mairie qui détient, comme MPM, 25% du capital, privilégierait la candidature de Dominique Vlasto, adjointe au Tourisme et députée européenne.

Quant à Philippe Sanmarco, il indique qu’il ne votera le 28 mai "que pour un président qui accepte ses dix propositions." Tout en assurant qu’il reste dans la majorité municipale.

Les dix conditions de Philippe Sanmarco pour ne pas démissionner

"Les bases minimales d’une position acceptable par n’importe quel président sont les suivantes :

1 - Les comptes de la société doivent être validés par un organisme extérieur. Le dernier contrôle est celui de la Chambre régionale des comptes et il date de 10 ans. Aucun organisme ne peut se permettre de s’en remettre à la parole de son dg si longtemps sans contrôle externe. C’est une décision à prendre immédiatement.

2 - Ce contrôle doit porter d’abord sur la globalité des comptes. Mais aussi sur les activités, une par une. Le PRI étant au premier rang des bilans à demander car on ne saurait déployer une nouvelle politique en centre ville sans avoir un bilan des 10 années écoulées.

3 - En ce qui concerne la suite des opérations en centre ville, la délibération du conseil municipale en date du 1 février 2008 doit être strictement respectée. Or non seulement ce n’est pas le cas, mais on constate des évolutions inverses. Plus grave, n’ayant pas réussi à imposer la reconduction tacite de sa concession, le dg fait aujourd’hui trainer les choses, voire les rend de plus en plus impossible à régler, au détriment des intérêts de la ville. Ceci afin de faire constater fin 2009 que nous sommes dans une impasse et s’imposer alors comme le sauveur après avoir mis en péril l’intérêt public. Ce dossier est devenu emblématique et urgent : c’est la raison pour laquelle le dg doit en être immédiatement dessaisi au profit d’un dg adjoint relevant du président et du conseil, en lien direct avec le secrétariat général de la Ville.

4 - En ce qui concerne les autres grandes zones d’activités, les prescriptions déjà anciennes de la CRC doivent être respectées strictement : « le concessionnaire doit fournir chaque année à la collectivité, un plan de trésorerie actualisé de l’opération faisant apparaître l’échéancier des recettes et des dépenses, ainsi qu’une note de conjoncture sur les conditions matérielles et financières de réalisation de l’opération au cours de l’année écoulée comparées aux prévisions initiales et sur les prévisions de l’année à venir… ». Il faut donc que sur les opérations du centre ville (PRI, zac de la Bourse), mais aussi celle de la Zac de la Capelette, celle du Rouet, celle de Sainte Marthe, celles du Vallon Régny et de la Jarre soit d’urgence organisées des réunions respectant l’esprit et la lettre des remarques de la CRC, ce qui est d’ailleurs l’aspiration de tous les élus concernés, et surtout que ces documents ne se limitent pas à des développements lénifiants comme c’est malheureusement le cas actuellement.

5 - Pour l’avenir, le dg doit être dessaisi de toute activité de communication, exclusivement réservée au président. La lettre mensuelle sera suspendue afin que son objet et son contenu soient réexaminés en profondeur.

6 - La situation personnelle du dg doit être immédiatement clarifiée alors qu’il a refusé de communiquer son contrat de travail en menaçant des conséquences d’un éventuel départ anticipé dont personne ne connaît les conditions ainsi entourées d’une totale opacité.

7 - Le dg doit s’entendre confirmer qu’il n’a pas à s’abriter derrières d’hypothétiques décisions du cabinet du Maire abusivement ainsi mis à contribution. Au demeurant il faut intégrer le fait qu’il existe d’autres actionnaires que la ville de Marseille et que tous doivent être respectés. En particulier il serait temps de comprendre que MPM est une collectivité séparée dont dépend aussi l’avenir de Marseille Aménagement.

8 - Toute question posée au dg par un administrateur doit faire l’objet d’une réponse écrite. Ce document doit être remis aux administrateurs qui en ont fait la demande, sans que le dg se contente de le lire et de le garder par devers lui.

9 - Un conseil scientifique composé de personnalités indépendantes sera créé auprès du conseil d’administration qui pourra solliciter son avis sur des sujets de son choix. Plus généralement le recours à l’expertise extérieure sera développé.

10 - Pour l’exercice de sa mission, le président pourra être assisté d’un ou deux collaborateurs de son choix".
Florent Provansal (fprovansal@laprovence-presse.fr)
Publié le lundi 11 mai 2009 à 15H32

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

15/12/2015
Projet de réaménagement de la Plaine : Pour une véritable concertation et co- construction du projet(Communiqué)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

28/01/2016
Le 21ème rapport sur le Mal logement(Fondation Abbé Pierre)

15/05/2009
Lettre du réseau n°8, 9 et 10(Le Réseau technique régional Paca de lutte contre l’habitat indigne)

9/05/2016
Atelier sur les opérations d’aménagement et la production de maisons individuelles : comment construire autrement ?(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

26/03/2017
Une étude de la CERC PACA qui mesure le poids économique du logement social(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

12/05/2011
A propos de la rénovation du Vieux-Port et des concertations(Communiqué de presse de l’association "un centre ville pour tous")

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/12/2016
Enquête cadre de vie rue de la République( Note sur l’avancement )

21/03/2014
LES REPONSES DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARSEILLE AUX QUESTIONS POSEES PAR L’ASSOCIATION "UN CENTRE VILLE POUR TOUS"(Communiqué)

26/03/2016
UNE ECOLE POUR NOAILLES(Communiqué)

29/09/2013
La ville à l’épreuve de la démocratie : trois jours d’échanges, de débats et de retours d’expériences(L’Université populaire Pensons le matin )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0