La Gazette.fr - 21/09/2010

Il n’est pas prévu d’accroître la responsabilité des intercommunalités dans le rôle de délégataire des aides à la pierre

Logement social

Responsable financièrement et juridiquement de sa mise en œuvre, l’Etat doit préserver ses moyens d’action sur la création de logements sociaux. Les responsabilités des intercommunalités ne pourraient être étendues qu’avec la reprise de la responsabilité du droit au logement opposable. Or la loi du 5 mars 2007 instituant le Dalo permet des expérimentations en ce sens, mais aucun délégataire n’a profité de cette possibilité. Une extension des responsabilités des intercommunalités, voire un transfert de compétences, ne paraissent donc pas envisageables de manière généralisée.
Les communautés urbaines sont d’ores et déjà pleinement responsables de la définition et de la mise en œuvre de leur politique de l’habitat, puisqu’elles sont tenues réglementairement d’exercer leur compétence en matière d’habitat en élaborant un programme local de l’habitat (PLH). En outre, la loi du 25 mars 2009 constitue une étape supplémentaire vers l’intégration des politiques d’habitat et d’urbanisme, d’une part, et leur transfert progressif au niveau de l’intercommunalité comme lieu de pilotage opérationnel, d’autre part. Plus particulièrement, les dispositions de l’article 30 de cette loi prévoient l’élaboration d’un document unique plan local d’urbanisme (PLU) valant PLH lorsque le PLU est élaboré et adopté sur l’intégralité du périmètre d’un établissement public de coopération intercommunale. Le PLH constitue le support préalable à la signature d’une convention de délégation des aides à la pierre.
A l’heure actuelle, 106 collectivités dont 78 établissements publics de coopération intercommunale sont délégataires des aides à la pierre. Parmi ces 78 EPCI, 14 des 16 communautés urbaines ont pris la délégation. Six ans après sa mise en place, le dispositif des délégations de compétence a évolué. Des communautés urbaines comme Lyon, Marseille, Bordeaux ou Nice, qui s’étaient engagées dans une convention à trois ans, disposent maintenant d’une convention d’une durée de six ans.
Par ailleurs, de plus en plus de délégataires adoptent l’instruction des dossiers, renforçant ainsi leur implication dans la politique du logement. En 2008, seules trois intercommunalités assuraient cette instruction et en 2010, leur nombre a presque quadruplé puisque désormais onze sont concernées. Le secrétariat d’Etat chargé du Logement encourage le renouvellement des conventions en cours et les nouvelles délégations. Toutefois, il n’est pas envisagé d’accroître la responsabilité des intercommunalités dans ce rôle de délégataire de compétence d’aide à la pierre.
En effet, responsable financièrement et juridiquement de sa mise en œuvre, l’Etat doit préserver ses moyens d’action sur la création de logements sociaux. Les responsabilités des intercommunalités ne pourraient être étendues qu’avec la reprise de la responsabilité du droit au logement opposable. L’article 14 de la loi du 5 mars 2007 instituant le Dalo permet des expérimentations en ce sens. Aucun délégataire n’a profité de cette possibilité. Une extension des responsabilités des intercommunalités, voire un transfert de compétences, ne paraissent donc pas envisageables de manière généralisée.
 
La Rédaction | 20/09/2010 | Publié dans : Réponses ministérielles
RÉFÉRENCES
 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0