Le Nouvel Observateur Immobilier - 2/10/2014

A Marseille, les chantiers de construction se poursuivent


14 projets de rénovation en cours, un rééquilibrage prévu des logements sociaux, le maintien du Chèque premier logement… La ville devrait se transformer dans les années à venir.

Le 2e Programme local de l’habitat (2012-2018) préconise de produire 1.900 logements locatifs sociaux par an sur les 18 communes de MPM, dont 1.400 à Marseille. Les objectifs sont-ils tenus ?

- Alors que Marseille comptait un peu moins de 19 % de logements locatifs sociaux sous la précédente mandature, une évaluation récente a montré que nous avions atteint les 20 % exigés par la loi SRU. En 2013, 1.200 nouveaux logements sociaux plus 460 logements sociaux devant être reconstruits suite à des démolitions menées dans le cadre d’opérations de rénovation urbaine Anru ont été financés. Nous dépassons donc de 260 logements nos objectifs.

MPM avait aussi décidé de mieux répartir les logements sociaux, notamment dans les arrondissements du sud de Marseille, qui en comptent moins de 20 %. Pensez-vous revenir sur ce point ?

- Non, ces objectifs d’harmonisation ont été étudiés arrondissement par arrondissement et ont été actés dans le PLH communautaire. Mais ceci implique une vision de stratégie urbaine. Les conditions d’accueil des populations en termes de transports et d’infrastructures publiques comme les crèches et les écoles doivent être avant tout réunies. Une orientation "Aménagement et Habitat" annexée au PLU de Marseille voté en 2013 démontre qu’il serait possible à plus ou moins long terme de produire 60.000 logements sociaux en densifiant le tissu urbain dans des quartiers bien desservis comme Euroméditerranée par exemple. Pour favoriser la mixité sociale, le PLU impose aussi 25 % de logements sociaux dans toute opération de promotion privée supérieure à 120 logements.

Le Chèque premier logement, le dispositif municipal d’aide à l’accession à la propriété des primo-accédants sous conditions de ressources, a été reconduit jusqu’à fin 2014. Quel bilan en tirez-vous ?

- Depuis sa mise en œuvre en 2008, 4.700 familles ont bénéficié de cette subvention qui varie de 3.000 à 8.000 euros et qui est doublée par les banques partenaires. Le Chèque premier logement permet de diminuer les mensualités de crédit les premières années et ainsi de lisser les montants à rembourser sur toute la durée du prêt. Par l’intermédiaire de la Maison du Logement [le centre d’information installé rue François-Moisson, NDLR], il permet de sensibiliser les ménages aux engagements de copropriétaire. Le fait qu’il s’applique pour un prix d’achat maximum de 2.600 €/m2 dans l’ancien et de 2.350 €/m2 HT hors parking dans le neuf nous permet aussi d’agir sur les prix.

Est-il plus utilisé dans l’ancien ou dans le neuf ?

- Un tiers dans l’ancien et deux tiers dans le neuf. Nous essayons d’encourager l’accession à la propriété dans l’ancien pour faire revenir des propriétaires occupants dans le centre-ville. En cela le Chèque premier logement est aussi un outil de rénovation urbaine. Dans le neuf, 2.350 €/m2 HT correspond au prix des logements à coûts maîtrisés dont nous négocions opération par opération les quantités avec les promoteurs mais que nous aimerions généraliser. Le Chèque premier logement et les coûts maîtrisés sont très efficaces en zones Anru, où les primo-accédants bénéficient aussi d’une TVA à taux réduit de 5,5 %.

Marseille a signé 14 projets avec l’Anru qui devaient tous être engagés fin 2013. Où en êtes-vous du chantier de la rénovation urbaine ?

Le chantier est pharaonique. Son budget se monte à 1 milliard d’euros, il est financé par l’Etat, les collectivités locales et les bailleurs sociaux.

Tous les projets ont été engagés, et, sur les 2.400 familles devant être relogées ,1.700 l’ont été. Pour favoriser la mobilité locative et la mixité, nous leur donnons le choix après les travaux de démolition-reconstruction soit de rester locataires dans leur quartier, soit de devenir propriétaires. La cité du Plan d’Aou, dans le 15e arrondissement, où un programme d’accession à la propriété sera inauguré en septembre, a par exemple été transformée. Les opérations Anru permettent aussi de faire revenir les commerces, les équipements et les services publics dans les quartiers et ainsi de reconnecter les habitants avec les institutions de la République.

Propos recueillis par S. B.

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0