Marsactu.fr - 8/03/2014

Jean-Claude Gaudin et ses chers bétonneurs


Médiapart et Le Ravi viennent de faire paraître une enquête sur les relations troubles entre l’équipe Gaudin et les promoteurs immobiliers. Ils y reparlent de la patinoire de la Capelette et du soupçon de favoritisme sur lequel se penche le parquet.

Esther Griffe

Lors de ses voeux à la presse, début janvier, Jean-Caude Gaudin s’aidait parfois de fiches pour répondre aux questions des journalistes. Sur certains sujets, la réponse est rapide, comme si la question était attendue. Quelques jours avant, La Provence révélait que la chambre régionale des comptes avait alerté le parquet après son rapport d’observation sur la société d’économie mixte Marseille Aménagement. Ce signalement concerne un soupçon de favoritisme dans la gestion de la zone d’aménagement concerté de la Capelette. Or, c’était le bras armé de la ville, Marseille Aménagement, qui avait en charge cette ZAC. La réponse du maire est lapidaire : "Le directeur général avait tous les pouvoirs. S’il y a eu favoritisme, il devra en rendre compte".

Depuis, l’étau judiciaire se resserre peu à peu. Dans un dossier conjoint de Médiapart et du Ravi, on apprend que le parquet a ouvert une enquête préliminaire à partir de ce signalement. De quoi écorner l’image de "respect des règles et des lois" que le maire ressort à chaque sortie médiatique. Pour écarter cette menace, le premier réflexe du maire est donc de charger le fusible. Fidèle serviteur du maire, Charles Boumendil a l’habitude. Déjà, lors des voeux au personnel de Marseille Aménagement, il y a un an, il n’avait eu qu’une courte phrase pour saluer le départ à la retraite de cet ancien collaborateur du cabinet. Depuis le maire applique à la lettre les enseignements de la chambre régionale des comptes en soulignant le caractère omnipotent du directeur. La chambre titre un de ses paragraphes : "Le rôle prééminent du directeur général". Une prééminence qui doit tout au maire puisque c’est en 2003 quand il était président du conseil d’administration de la SEM que les contours de son pouvoir ont été définis.

Le retour de l’éléphant blanc

Selon nos deux confrères, les enquêteurs du parquet ont pris le rapport de la chambre comme point de départ de leurs travaux d’investigation. Comme Marsactu l’avait noté à l’époque en se procurant les bonnes feuilles du rapport provisoire, la justice pourrait avoir à s’étonner des conditions d’achat du terrain qui a servi d’assiette au Palais omnisport Marseille grand est et au futur centre commercial Bleu Capelette. 

En effet, propriété de Réseau ferré de France (RFF), ce terrain a longtemps été occupé par la société Laser Propreté dont les employés nettoient notamment les couloirs du métro marseillais. Poussé dehors en 1998 par RFF qui avait pour projet de vendre ce terrain à la Ville, la société renâclait à faire ses bagages. A tel point qu’en 2003, se substituant à la Ville, Marseille Aménagement se résout à acheter ce bout de terrain pour mieux négocier en direct avec la société Laser. 

Une négociations fort réussie puisqu’en bout de course, la société de nettoyage a obtenu la coquette somme de 2 millions d’euros d’indemnité alors que le montant maximal "à laquelle la société pourrait alors prétendre s’élevait à la date de la résiliation du bail, en 1998, à 1 266 000 francs soit 193 000 €", écrit la Chambre. Ô surprise, en 2011, Marseille Aménagement négocie de gré à gré avec Sifer, une société détenue par Eric Lasery, lui-même actionnaire de Laser Propreté pour la vente de ce même terrain destiné à l’implantation du centre commercial Bleu Capelette. Lasery est dans cette histoire associé à Icade, une filiale de la Caisse des dépôts. 

"Tous les terrains vendus sans concurrence"

Contacté par Médiapart et Le Ravi, Éric Lasery parle d’"extrapolations". "Le seul reproche de la CRC [qui concerne Sifer, ndlr] est de ne pas avoir mis en concurrence, mais ça il faut demander à Marseille Aménagement", rectifie-t-il. Avant de lâcher : "Tous les terrains sont vendus à Marseille sans concurrence, donc il n’y a pas eu d’exception pour nous". Car c’est bien là le nœud de l’affaire : la société Marseille Aménagement n’a jamais trouvé opportun de passer par une procédure de mise en concurrence pour choisir les promoteurs qui doivent construire sur les terrains de la ZAC. Bleu Capelette et la patinoire ne font pas exception à cette absence de règles.

Quant au centre commercial Bleu Capelette, le début des travaux est sans cesse repoussé. À l’automne, le directeur commercial d’Icade, Antoine Nougarède, annonçait la pose d’une première pierre pour ce début d’année. Aucune pierre, aucune truelle ne sont venus confirmer ce fait. Interrogé à ce propos, un élu UMP du secteur évoquait la mi-février. Mais, pour lui, ces retards successifs n’avaient rien à voir avec l’enquête en cours. En attendant la fin de l’enquête ou le début des travaux, les plantes folles continuent de pousser sur un terrain vague. L’argent public est un très bon engrais. 

Par Benoît Gilles, le 7 mars 2014

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

18/03/2014
Réponse de Patrick Mennucci, tête de liste « Un nouveau cap »()

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

15/12/2015
Projet de réaménagement de la Plaine : Pour une véritable concertation et co- construction du projet(Communiqué)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

28/01/2016
Le 21ème rapport sur le Mal logement(Fondation Abbé Pierre)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

21/11/2015
Rendez-vous de CVPT "Le logement indigne à Marseille : changer de niveau et de méthode" (Communiqué)

21/03/2014
LES REPONSES DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARSEILLE AUX QUESTIONS POSEES PAR L’ASSOCIATION "UN CENTRE VILLE POUR TOUS"(Communiqué)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/11/2013
Rendez-vous d’un" centre ville pour tous" " Belsunce aujourd’hui " (Communiqué et invitation)

26/03/2016
UNE ECOLE POUR NOAILLES(Communiqué)

29/09/2013
La ville à l’épreuve de la démocratie : trois jours d’échanges, de débats et de retours d’expériences(L’Université populaire Pensons le matin )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0