La Provence.com - 21/05/2011

Séisme sur le logement neuf à Marseille


Le nombre de mises en vente a chuté de 52 % au 1er trimestre. Manque de foncier et recours abusifs sont en cause


On savait que le marché du logement neuf subissait de fortes tensions depuis quelques mois à Marseille, mais les professionnels de l’immobilier n’imaginaient pas que la situation puisse se révéler à ce point préoccupante. Les chiffres du 1er trimestre ont donc provoqué un véritable séisme en révélant une baisse impressionnante de 52 % des mises en vente, c’est-à-dire du nombre de programmes immobiliers ouverts à la commercialisation.


En clair, le stock n’est plus en mesure de se renouveler à un rythme suffisant et laisse entrevoir un vrai risque de pénurie. L’offre actuellement disponible (1 795 logements, contre 1 970 au 1 er trimestre 2010) ne procure plus désormais qu’une visibilité de 8 mois ; marge de manoeuvre considérée comme très insuffisante pour assurer un fonctionnement normal du marché, en particulier en terme de prix, même si après une augmentation de 7 % au cours des 12 derniers mois, ceux-ci se sont stabilisés par rapport au dernier trimestre de 2010.


Une situation à laquelle le président de la Fédération des professionnels de l’immobilier de Provence (FPIP), Patrick Alary, donne deux explications : le manque criant de foncier public susceptible d’accueillir de nouveaux bâtiments, et d’autre part la multiplication des recours abusifs contre les projets de construction de logements neufs.


Concernant le manque de terrains à construire, Patrick Alary souligne que "les grands opérateurs comme Euroméditerranée ou Marseille Aménagement disposent finalement d’assez peu de surfaces disponibles car une partie importante de celles-ci est en cours de montage ou ne dispose pas encore des infrastructures nécessaires". Il souligne également "le retard considérable pris depuis des années par les collectivités dans l’aménagement de nouveaux terrains", sachant que monter une Zone d’aménagement concertée (ZAC) nécessite entre 4 et 5 ans si l’on intègre toutes les étapes de la procédure.


Opération qui devient d’ailleurs de plus en plus complexe compte tenu de l’évolution de la réglementation, de la difficulté croissante d’obtenir des expropriations et de l’obligation faites aux collectivités de procéder par appel d’offres pour concéder chaque nouvelle ZAC. Une situation qui se traduit par une baisse très forte des réservations de logements (- 27 %) à Marseille, tandis qu’un autre phénomène très préoccupant touche la cité phocéenne : la chute spectaculaire du nombre de ventes de logements neufs, qu’il s’agisse des ventes "en bloc" et plus encore de celles qui bénéficient de la TVA à 5,5 % ou du nouveau dispositif PTZ+(- 85 % !).


Et ce n’est pas la hausse de 12 % des réservations "en libre" qui permet d’inverser la tendance, le dispositif Cellier se révélant - contre toute attente - encore attractif. Cette chute globale s’explique, selon Patrick Alary, par le fait que ces nouveaux dispositifs correspondent moins à la typologie de la clientèle marseillaise que les anciens Pass Foncier et PTZ. Sans oublier que l’acquéreur a perdu le portage du parking, la Caisse des dépôts n’ayant pas renouvelé son partenariat. "Aujourd’hui, nous devons vendre avec le logement un parking d’environ 15 000 €, ce qui est loin d’être négligeable."


Philippe GALLINI
Publié le samedi 21 mai 2011 à 13H14

Et aussi

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0