La Marseillaise - 27/10/2010

Un « grand centre ville » très « petits bras »

Conseil municipal. Gauche et droite ont débattu du nouveau dispositif qui doit rénover Marseille, de la Villette au Roucas. Si le périmètre est vaste, le financement est modeste.
 
Depuis ses débuts, l’équipe de Jean-Claude Gaudin a toujours su soigner l’emballage. Ainsi, quand il est question de relancer la machine à réhabiliter dans le centre ville, les services municipaux pondent une opération ambitieusement titrée « grand centre ville ».
De chaque côté du clivage droite/gauche, l’ambition est perçue façon « un, deux, trois, soleil » : « Un pas de géant » pour Solange Biaggi qui défendait le rapport devant le conseil, lundi, « de souris » pour Frédéric Dutoit qui commentait ce rapport pour le groupe communiste.
En pièce jointe du rapport soumis au vote, le plan est ambitieux dans son échelle : le périmètre concerné va de Saint-Mauront à Castellane, c’est-à-dire 1 000 hectares où le centre ville « va poursuivre sa cure de croissance et de jouvence », déclare Solange Biaggi.
Le périmètre englobe 26 quartiers dans lequel la Ville a repéré « 35 pôles de projet » conformément à l’approche en pôle de projet mise en œuvre par l’opération financée par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru) au nord du centre ville. « Cela représente 3 400 immeubles, soit 16 000 logements dont 1 500 logements nouveaux, ajoute l’élue au commerce. Cela concerne aussi le ravalement des façades de 700 immeubles sur les axes emblématiques. »
Comme l’opération est censée s’étaler sur dix ans, l’enflure des chiffres se réduit au fil des ans. Au nom du groupe Vert, Michèle Poncet-Ramade a beau jeu de souligner la pirouette : « Le champ d’intervention ne couvre que quelques îlots, soit 16 000 logements sur les 120 000 que comporte la zone. Peut-on vraiment changer le profil d’une zone en modifiant seulement 7,5 % de la surface ? » Frédéric Dutoit partage cette analyse qu’il résume d’un ton assassin : « Marseille est une ville trop pauvre pour jouer petits bras. »
 
Clafoutis et carte du Tendre
 
 
Quant à Patrick Mennucci, au nom du groupe socialiste, il affecte la posture de Janus. Côté face : un regard de « bon aloi », côté pile : « Un galimatias de platitudes, un clafoutis de bonnes intentions, une carte du Tendre du Marseille rêvée ».
Pour le maire de secteur du centre ville, il ne s’agit là que de « sauver le soldat Marseille Aménagement », la Société d’économie mixte qui pilotait jusque-là « la reconquête du centre-ville ». En effet, c’est la nouvelle poupée gigogne de la Sem, la Société publique locale d’aménagement, rebaptisée Soléam qui doit prendre en charge l’opération en lieu et place de sa sœur siamoise. P Patrick Mennucci souligne « la somme colossale de 220 millions d’euros sur dix ans » dont bénéficiera l’opération, surtout en comparaison des 270 millions que coûtera la rénovation du stade Vélodrome.
En Janus débonnaire, il est tout de même allé négocier avec le directeur de cabinet du maire, Claude Bertrand l’ajout de deux amendements qui mettraient les maires de secteur concernés en situation « de responsabilité ».
Le premier consiste à associer les élus à la rédaction du cahier des charges de l’opération. Refus du maire et de son cabinet : l’ouvrage est technique et ne concerne donc que les techniciens. Les directeurs généraux des services de chaque mairie concernée pourraient y être associés au bon vouloir de celui de la mairie centrale.
Le deuxième amendement associe les maires de secteur au comité de pilotage. Le maire accepte. Le groupe socialiste vote la délibération. Les communistes s’abstiennent. Prévue pour durer un mois, la concertation –véritable objet du rapport- donnera un peu chair à ces modestes ambitions.
 
 
BENOIT GILLES
 
 
27-10-2010
 
Lire aussi dans la Marseillaise du 27 octobre 2010 : "Le tour du passe-passe du patrimoine municipale"

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

12/05/2011
A propos de la rénovation du Vieux-Port et des concertations(Communiqué de presse de l’association "un centre ville pour tous")

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0