La Marseillaise - 17/02/2010

Patrimoine à rénover : le double prix du PRI

Centre-ville. La Ville a racheté 100 logements et 13 immeubles à sa Société d’économie mixte, Marseille Aménagement. Cette dernière avait déjà acquis ses biens sans jamais les restaurer.
 
On pourrait comparer l’affaire à un jeu de bonneteau. Caché sous le gobelet, un gros paquet d’immeubles en sale état, tous situés dans le centre-ville de Marseille. Le propriétaire de cette centaine d’appartements et de ces treize immeubles est Marseille Aménagement, une Société d’économie mixte (SEM), dont l’actionnaire majoritaire est la Ville de Marseille. Et l’acheteur de ce lot pas franchement de première fraîcheur est… la Ville de Marseille.
L’achat s’est fait en deux temps par acte notarié du 16 novembre 2009 et du 1er décembre de la même année, établis au cabinet de maître Aflalou. C’est en tout cas ce que stipulent deux notes de service datées du 26 janvier 2010 et émanant de la direction générale de l’urbanisme. Ces notes détaillent les lots concernés, tous situés dans le Périmètre de restauration immobilière (PRI) dont le concessionnaire était, jusqu’au 31 décembre dernier, Marseille Aménagement.
 
Un PRI à petit prix
 
Le plus étonnant est le prix de ces deux acquisitions : 1 318 000 euros d’un côté et 4 848 384 euros de l’autre. Au bas mot, 6,1 millions d’euros pour des immeubles même en sale état dont un situé au 46 de la Canebière, cela reste fort peu onéreux. Pourquoi donc un prix si bas ?
Ce n’est pas du côté de la Ville qu’on obtiendra une réponse. Adjointe en charge du logement, Arlette Fructus botte aimablement en touche : « Le maire a mis en place une commission d’évaluation du PRI [lire article ci-contre] composée d’élus de la majorité et de l’opposition. Nous communiquerons tous ensemble à la fin des travaux de cette commission. » Sollicités par nos soins, la présidente de Marseille Aménagement, Dominique Vlasto, et son directeur général, Charles Boumendil, n’ont pas souhaité répondre à nos questions. Pourquoi un tel silence ?
Tout simplement parce que ces immeubles ont été achetés deux fois. Une première fois par Marseille Aménagement par voie d’expropriation ou d’acquisition, puis une deuxième fois par la Ville, dans le cadre de la clôture du PRI, le 31 décembre dernier. Par deux fois, c’est l’argent des contribuables marseillais qui était mis sur la table de jeu.
Ancien président de Marseille Aménagement démissionnaire et conseiller communautaire apparenté UMP, Philippe Sanmarco résume ce passe-passe d’une formule : « Le patrimoine dont Marseille Aménagement est propriétaire est acheté par la Ville alors que Marseille Aménagement l’avait déjà acheté avec l’argent de la Ville. On peut dire que cela pose un problème financier… »
 
Tour de passe-passe
Ce n’est pas la première fois que l’on entend parler d’une telle vente. Le 26 mai dernier, le conseil d’administration de Marseille Habitat – une autre Société d’économie mixte de la Ville - avait été sollicitée par la Ville de Marseille pour acquérir « tout ou partie des immeubles prévus pour demeurer en stock en fin de concession » du PRI.
Les administrateurs de Marseille Habitat ont toussé très fort. Pas question pour eux d’acquérir les dits immeubles. Ou alors à un prix d’achat « très bas ou nul », indique le procès-verbal. Au final, le conseil d’administration opte pour « une gestion du dossier au cas par cas ».
Est-ce à dire que la Ville, nouvelle propriétaire, vendra ses nouveaux immeubles à Marseille Habitat au compte-gouttes ? Pour l’heure, nul ne sait. « En revanche, ce que l’on sait, c’est que le résultat du PRI n’est pas satisfaisant, poursuit Philippe Sanmarco. C’est pour cette raison que j’avais pris la décision de clôturer le PRI et ce, contre l’avis du directeur général de Marseille Aménagement, à l’époque. C’est parce que je n’arrivais pas à y voir clair dans toute cette opacité que j’ai démissionné avec le fracas que l’on sait. »
En effet, le Périmètre de restauration immobilière a permis pendant des années à des propriétaires de défiscaliser le montant des travaux entrepris. La Ville avait alors vendu la rénovation du centre-ville comme un produit financier à des investisseurs de la France entière. Sans que l’on sache à qui et pour quel montant global… « Marseille Aménagement a ainsi vendu le patrimoine le plus valorisable à ces investisseurs, critique Christian Pellicani, conseiller municipal communiste et membre de la commission d’évaluation. La SEM a conservé les lots les plus dégradés. » Ce sont ces bijoux de famille qui intègrent désormais le patrimoine de la Ville.
 
BENOIT GILLES ET PATRICIA MAILLE-CAIRE
 
Focus ( voir sur le journal ) :
  • La rénovation en quelques chiffres
  • Trois réunions pour obtenir des réponses claires : PRI. Suite au constat d’échec de la réhabilitation du centre ville, une Mission d’information et d’évaluation sur le dispositif a été mis en place.
  • L’Etat appelé à la rescousse. Zone urbaine sensible : La rénovation du centre-ville sera en partie financée par des crédits de l’Agence nationale de rénovation urbaine.
  • A savoir : PRI, Belsunce, SPLA
La marseillaise du 17 février 2010[pdf]

Et aussi

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

28/01/2016
Le 21ème rapport sur le Mal logement(Fondation Abbé Pierre)

9/05/2016
Atelier sur les opérations d’aménagement et la production de maisons individuelles : comment construire autrement ?(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/12/2016
Enquête cadre de vie rue de la République( Note sur l’avancement )

21/03/2014
LES REPONSES DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARSEILLE AUX QUESTIONS POSEES PAR L’ASSOCIATION "UN CENTRE VILLE POUR TOUS"(Communiqué)

26/03/2016
UNE ECOLE POUR NOAILLES(Communiqué)

29/09/2013
La ville à l’épreuve de la démocratie : trois jours d’échanges, de débats et de retours d’expériences(L’Université populaire Pensons le matin )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0