La Provence.com - 13/04/2014

Marseille : pour son gouvernement, Gaudin...

Marseille : pour son gouvernement, Gaudin mise sur l’expérience

Le sénateur-maire UMP de Marseille a dévoilé hier son équipe de trente adjoints et douze délégués.

De l’expérience, un peu de renouvellement et une petite blague. Jean-Claude Gaudin a attendu jusqu’à hier midi pour finaliser la liste des trente adjoints et douze conseillers municipaux délégués qui forment le nouveau gouvernement municipal dirigé par Dominique Tian. Ce dernier ayant un oeil sur l’emploi et les transports, deux fenêtres ouvrant sur la future métropole. On passe vite sur le poisson d’avril réussi qui conduisait Gérard Chenoz à l’Opéra, l’élu des 2e-3e ayant en réalité la charge des "grands projets d’attractivité", Futuroscope, passerelles sur le Vieux-Port ou téléphérique vers ND de la Garde. La part de rêve d’une mandature qui, Roland Blum, l’a fait comprendre hier en conseil municipal, sera plutôt placée sous le signe, côté finances, de "la diminution des investissements et des charges de personnels."

Avec toutefois une majorité de 61 élus beaucoup plus confortable que la précédente, le sénateur-maire UMP pouvait difficilement faire moins qu’auparavant en termes d’adjoints. Il en a donc choisi trente, le maximum autorisé par la Loi et y a ajouté douze conseillers municipaux délégués, un peu comme on annexe des secrétaires d’État aux ministres.

25 nouveaux visages sur 61 élus à droite

À la lecture de cette liste, la première observation va dans le sens de la stabilité. Beaucoup d’élus gardant leurs prérogatives d’avant mars, certains les élargissant un peu. Ainsi Solange Biaggi au commerce et au centre-ville, Didier Parakian à l’économie, Arlette Fructus au logement et la politique de la ville, Richard Miron aux sports, Dominique Vlasto au tourisme, Danièle Casanova aux écoles, Caroline Pozmentier à la sécurité...

D’autres prennent du grade et se voient renforcés par de nouvelles attributions. C’est d’abord le cas de Martine Vassal, deuxième adjointe chargée des affaires internationales, un portefeuille conciliable avec la présidence d’Euroméditerranée qui pourrait lui être destinée en août. Même constat pour Laure-Agnès Caradec, chargée de l’urbanisme et du projet métropolitain ou pour Anne-Marie d’Estienne d’Orves qui hérite de la culture. Tous étaient déjà dans l’équipe au moins depuis 2008. "J’ai opéré le renouvellement sur mes listes", explique Jean-Claude Gaudin, s’appuyant sur l’arrivée de 25 nouveaux visages sur 61 élus à droite. "Mais pour faire marcher la ville, il faut de l’expérience. Ce qui n’empêche pas d’avoir des gens nouveaux parmi les adjoints."

"Les adjoints sont toujours un peu jaloux de leurs prérogatives"

C’est le cas de Monique Cordier, dévolue aux espaces naturels, du radical de gauche Michel Dary qui se voit offrir la lutte contre les discriminations, de Julien Ruas qui aura la charge du bataillon des marins-pompiers et de Xavier Méry qui se penchera sur l’intégration et la lutte contre l’exclusion. D’autres nouveaux devenant conseillers municipaux délégués, à l’image de Frédérick Bousquet. Et puis il y a quelques retours, le plus visible, au terme d’une semaine rocambolesque, étant celui de Robert Assante à l’environnement, au plan climat et à la circulation. "Il va se régaler", sourit Jean-Claude Gaudin.

Reste à faire marcher la délicate mécanique humaine. "Les adjoints sont toujours un peu jaloux de leurs prérogatives", glisse Dominique Tian en comparant son équipe à "une agglomération de petites entreprises qu’il faut faire travailler ensemble." Une métropole d’élus, en quelque sorte.

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0