La Provence - 9/06/2009

Marseille : la rue de la République à la croisée des chemins

 Cinq ans après le lancement de la rénovation, il reste 1800 appartements à rénover sur un parc de 2600 logements


Très avancée sur le tronçon Vieux-Port, la réhabilitation des immeubles marque le pas passée la place Sadi-Carnot. "Nous maintenons la pression sur l’opérateur", assure la VIlle.
 

Une rue coupée en deux, avec des belles façades et des enseignes flambant neuves côté Vieux-Port, et puis, passé la place Sadi-Carnot, comme un "trou noir" jusqu’à la Joliette. Cinq ans après le lancement de sa rénovation, l’artère haussmannienne offre ce visage contrasté.

Les pouvoirs publics ont certes tenu leurs promesses, en investissant lourdement dans des équipements qui la valorisent : le tramway, inauguré en juillet 2007, un parking de 800 places, ouvert depuis un an, un bassin de rétention souterrain, une voirie attrayante.

Mais du côté des opérateurs privés, le bilan semble pour l’heure moins évident : ainsi, si plusieurs centaines de logements et surfaces commerciales ont bien été rénovés, le fonds d’investissement Lonestar est reparti aussi vite qu’il était arrivé sur la rue, revendant son patrimoine 250M€, soit plus du double de son investissement initial… sans que la restauration de son patrimoine initial soit achevée.

Parvenue à mi-gué en pleine crise de l’immobilier, la réhabilitation a désormais besoin d’un second souffle pour arriver à son terme, ce qu’élus, habitants et usagers appellent tous de leurs voeux. Au mitan de cette renaissance, la République pose mille questions : ainsi, le tronçon Carnot-Joliette sortira-t-il rapidement de l’ombre ? Le marché immobilier trouvera-t-il le moyen de rebondir ?

Les Marseillais prendront-ils l’habitude de faire leur shopping hors de la rue Saint-Fé ? Et la rue retrouvera-t-elle une vraie ambiance de quartier où il fait bon vivre ? Pour tenter d’y répondre, La Provence est allée à la rencontre de ses habitants et usagers, anciens et nouveaux. Voici leurs attentes, leurs craintes… et leurs regrets.
"Ici, c’était une autoroute !", ses oreilles ne l’ont pas oublié.

"Ce que j’apprécie aujourd’hui, c’est que la rue est plus calme", juge Mona, installée rue de la République depuis 15 ans. Son immeuble a été racheté par un bailleur social. "Ils ont dit qu’ils nous feraient des travaux en septembre. En septembre, ok, mais de quelle année ?" lance-t-elle narquoise.

C’est qu’ici, tout le monde vous le dira, "les quatre ans qu’on a passés, c’était de la souffrance", résume Lucette, 73ans. Rue Ebouée, elle est restée "toute seule, avec juste un autre locataire au 5e étage" , et, sinon, "la poussière, les squats". Comme une poignée d’anciens, elle a "tenu bon". L’Opac Sud serait en train de racheter son immeuble, "en tout cas c’est ce que j’entends", glisse cette mamie qui prie désormais pour que "toute la rue soit réhabilitée".

Après Carnot justement, devant des façades noires aux fenêtres murées où plus aucun ouvrier ne s’active, Delphine a la pause-cigarette songeuse : "Dans la banque où je travaille, s’installer ici, ça ne nous a rien apporté. Les nouveaux clients ne sont pas venus." Jacqueline, elle, a acheté plus haut dans un "magnifique immeuble" et ne "regrette pas". "Mais le secteur est un peu mort, surtout le soir."

Sa voisine en revanche a déchanté "à cause des écoles" du quartier, au niveau "trop bas" : "Ses enfants sont allés dans le privé, ce n’était pas une dépense prévue." Dans son petit supermarché, Olivier, le patron, sait qu’il a bien fait de jouer la proximité : "Je dois être le seul à avoir un chiffre d’affaire en progression. Pour les autres, c’est dur."

Seule option, "finir la rue", créer "un cheminement logique : aujourd’hui, à Sadi-Carnot, vous faites demi-tour. Il n’y a rien au-delà." Au-delà ? Pour Oriane, cela "n’existe pas. On ne va pas plus haut que Mango", s’amuse cette fashionista. "Le mieux ici, c’est qu’on ne fait jamais la queue aux cabines d’H&M", explique Gladys. Voilà qui fait sans doute une belle jambe au Suédois...
Dossier réalisé par Marie-Eve Barbier et Delphine Tanguy (dtanguy@laprovence-presse.fr)

Publié le mardi 9 juin 2009 à 08H06

Autres articles
en pièces jointes ci-dessous :

  • Commerce : Vers une rue Saint-Ferreol bis ? 
  • Patrimoine : Le social à la rescousse
  • Les 4 questions à Roland Blum / 1er adjoint  : "Extrémement positif"
  • L’analyse par Nouredine Abouakil "Un Centre-ville pour tous" " Pas assez de garde-fou"
  • Un marché immobilier incertain.
  • Le nouveau monopoly : qui possède quoi ?

> Rue de la République 09/06/09 (suite)

Et aussi

13/01/2016
Opération de la rue de la République...onze ans après...toujours inachevée...(Communiqué)

3/12/2015
"Rue de la République : où en est-on ?"(Compte-rendu de réunion du RV CVPT)

7/10/2014
Appel aux adhérents et sympathisants(Association "Un centre ville pour tous")

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/07/2017
Appel commun des associations pour une concertation démocratique sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal « Le PLUi, un enjeu pour tous les citoyens de la Métropole »()

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

26/03/2017
Une étude de la CERC PACA qui mesure le poids économique du logement social(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/12/2016
Enquête cadre de vie rue de la République( Note sur l’avancement )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0