La Marseillaise - 19/11/2013

Tour Jean Nouvel : L’effet d’annonce atteint des sommets

mardi 19 novembre 2013 09:14

« Un signe fort pour les investisseurs », « un projet qui montre que Marseille va de l’avant »... Réunis lundi 18 novembre pour signer une convention cadre pour l’emploi autour de la tour La Marseillaise, élus et patronat se sont gargarisés des bénéfices économiques et écologiques du chantier, qui devrait démarrer le 15 décembre prochain pour une durée de trois ans et demi. En ces temps de crise, l’annonce de la création de 900 emplois est alléchante, sauf que... Sur les 900 postes de techniciens ou ouvriers en question, la majorité est liée à la construction même de la tour de bureaux avec 290 emplois directs dont 10% de créés, 380 induits et 100 liés à la création de la fameuse boucle d’eau de mer, un système de régulation thermique naturelle. Resteront 115 emplois en phase d’exploitation, pour la maintenance et l’entretien.

 

« Il faut savoir que cette tour, ce sont 48 millions d’euros de taxe à collecter pour l’État et les collectivités locales, ce qui n’est pas négligeable », fait miroiter Marc Pietri, PDG de Constructa, société en charge du projet. Clairement en campagne, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (UMP) en rajoute une couche, défendant son bilan en matière d’immobilier, au nom « du pragmatisme ».

 

Un recours en cours

 

Marie-Arlette Carlotti (PS), ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion, y va de son commentaire exalté. « Avoir une tour Jean Nouvel à Marseille c’est la classe ! » s’emballe-t-elle. Reconnaissant tout de même qu’« on ne réglera pas le problème du chômage avec ce type d’emploi », elle n’oublie pas de rendre hommage au travail du gouvernement sur le sujet.

 

Et puis il y a Eugène Caselli (PS), président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) qui va investir 12 des 31 étages de la tour pour loger 1 031 agents rapatriés de trois services différents. « Un signe de confiance dans le développement de la Ville », estime ce dernier, « à iso coût » se félicite-t-il doctement. Soit à coût constant. Ce que réfutent notamment trois contribuables qui ont attaqué la délibération de MPM entérinant son déménagement au tribunal administratif. Après une décision en faveur de MPM en juillet dernier, ils ont décidé d’aller en appel. « Le rapporteur public avait demandé l’annulation lors d’une première audience et alors qu’on attendait le jugement, l’affaire est remise en délibération, c’est rare et pas compréhensible » estime l’un d’entre eux, Noureddine Abouakil, dénonçant un gâchis des deniers publics et surtout les 15 ans de loyers non négociables qui lient Constructa à MPM. L’audience en appel ne devrait pas se tenir avant les élections municipales.

 

Mireille Roubaud

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0