La Provence.com - 2/02/2017

9E-10E Commerces et logements au menu du conseil d’arrondissements


Alors qu’il était question d’approuver une convention d’offre conclue entre la Ville de Marseille, la Métropole et la société Massilia shopping mall en vue du réaménagement des abords du futur centre commercial du Prado, le débat a doucement glissé sur l’attractivité des commerces marseillais, en général.

"Une fuite en avant des extensions commerciales"

Et c’est Jean-Marc Cavagnera (FdG) qui ouvre les hostilités, après que le maire de secteur, Lionel Royer-Perreaut a expliqué qu’une partie du stade Vélodrome et de son futur aménagement font partie du 9e arrondissement. "J’avais émis de forts doutes quant à un énième centre commercial dans cette zone et aux conséquences sur le commerce de proximité", indique l’élu de l’opposition. Ou comment l’on revient sur la rue de la République, "annoncée comme une grande rue commerçante" ou sur "la fuite en avant des extensions commerciales". Réflexion à laquelle a tenté de s’associer - très brièvement - Vincent Vidal (FN) : "Un centre commercial de plus, je crains que ce soit un centre commercial de trop."

"L’aménagement a été pensé, imaginé et voté sous la présidence d’un certain Eugène Caselli, rétorque Lionel Royer-Perreaut. Dans la deuxième ville de France, il faut assurer à des points dits ’cardinaux’ des structures à dynamisme commercial". Et d’extrapoler, en agitant le fantôme de Bleu Capelette, ce centre commercial qui a fait couler tant d’encre sans voir le jour : "La création du centre commercial du Vélodrome a stoppé net celui de Bleu Capelette." L’occasion pour le maire de marteler son souhait d’y voir naître "deux invariants : le cinéma et les parkings". Dans tous les cas, "on ne peut pas se satisfaire du terrain vague, en friche". La Capelette, il en fut une nouvelle fois question, en fin de séance. Selon Lionel Royer-Perreaut, "70 % des personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans le 10e arrondissement vivent à la Capelette. Je veux qu’on arrête le logement social dans ce quartier". Logement social encore, lorsque le maire de secteur annonce que trois points à l’ordre du jour, concernant des acquisitions et des modifications de logements sont supprimés. "Le logement social doit s’inscrire avec les bailleurs (sic) qui ont les compétences de le gérer. Le gouvernement veut du logement social diffus. Vous imaginez ? Vous vivez dans une copropriété et un promoteur installe sur le même pallier des gens dont même les bailleurs ne veulent pas... Je ne souhaite pas que notre majorité valide cela. Et s’il faut l’expliquer en conseil municipal, nous le ferons." Mais comme le conseil d’arrondissements est aussi - et surtout - l’occasion d’aborder des sujets hyperlocalisés, quelques décisions en la matière ont été prises. Ainsi, le rond-point qui marque l’intersection, à la Soude, entre l’avenue de la Barquière et celle de la Martheline prend le nom de Ferdinand-Buisson, "surtout connu pour avoir rédigé le texte parlementaire de la séparation de l’Église et de l’État, en 1905", note le rapporteur du sujet, Jean-Michel Muracciole. Les symboles aussi se cachent dans les détails.

 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0