Le Parisien.fr - 4/05/2011

Immobilier : les promoteurs victimes de chantages à répétition


Exclusif.


Obtenir de fortes sommes contre l’abandon de recours contre les permis de construire des logements neufs. C’est une nouvelle forme de racket qui peut rapporter gros. Enquête.


Le marché est mis en main sans scrupule : verser 50 000, 200 000 et jusqu’à 300 000 € contre l’abandon de recours contre des permis de construire. C’est une forme de « chantage » dont sont aujourd’hui victimes de nombreux promoteurs immobiliers.
Le phénomène a pris une telle ampleur que le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Marc Pigeon, a décidé de sortir du silence.


« Cela ne peut plus durer », nous confie-t-il en indiquant que la justice a été saisie de ces pratiques qui peuvent s’assimiler à de l’extorsion de fonds.


Une organisation bien rodée


Ces recours « abusifs » toucheraient 6 à 10% des 110 000 logements construits chaque année. En butte à des « plaignants » guidés par l’appât du gain, des promoteurs préfèrent souvent un « arrangement financier » plutôt que de s’engager dans une procédure longue et coûteuse. Notre journal s’est procuré un enregistrement téléphonique où un avocat tente de monnayer l’abandon d’un recours.
D’autres attaques contre des permis de construire sont menées par de mystérieux particuliers sur la Côte d’Azur, en Normandie, en région parisienne ou dans l’Est. Les documents que nous révélons montrent une organisation bien rodée. Avec des courriers identiques envoyés sous des noms différents mais pour des motifs reproduits au mot près (arrêté de permis pris par une personne n’ayant pas délégation, insuffisance d’espaces verts ou de parkings à… vélos) par des expéditeurs habitant souvent à des centaines de kilomètres de l’immeuble contesté.
Des plaintes, notamment à Marseille, ont déjà été déposées pour « recours abusifs » ou tentative d’extorsion de fonds. Pour tenter de mettre fin à cette forme de « racket », le député UMP de Marseille, Roland Blum, avait déposé une proposition de loi en 2009. Sans suite. Aujourd’hui, la Fédération des promoteurs réclame des mesures… Au ministère du Logement, le sujet est pris très au sérieux et des initiatives devraient être prises « au plus tard fin mai ». Avec des sanctions aggravées et l’intervention des GIR, les groupes d’intervention régionaux.


BRUNO MAZURIER | Publié le 04.05.2011, 07h00


Le Parisien

Et aussi

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0