La Provence - 3/03/2011

Au 13, rue de l’Arc à peine né et déjà si mal logé

Noailles. Frappé de péril, les taudis de ce bâtiment sont encore loués.
Depuis 2009, la Ville suit le sort de cet immeuble insalubre.
 


En entrant dans la petite pièce, on ne voit que lui. Ce lit à barreau sous le mur délabré, rongé de crasse et d’humidité. Dans ce berceau dort, enveloppé dans des couvertures, un nouveau-né d’à peine une semaine. Nyima, sa maman, vient de rentrer de l’hôpital de La Conception où elle a a subi une césarienne ; elle tousse, se tient le ventre, grimace de douleur. Dans ses jambes trottine Boubacar, 2 ans.


Ce soir, dans cette pièce lépreuse de 15m², ils seront sept, deux adultes et cinq enfants à se partager un grand lit, placé sous une étagère chargée de cantines en fer, et un clic-clac défoncé. Il n’y a ni salle de bain, ni cuisine digne de ce nom, ni même chauffage dans ce taudis. Il y a des trous dans le plancher, le plafond s’effondre par endroits. Sur la télévision, un vieux tromblon crachotant, on distingue, incongrue, la tête de Serge Gainsbourg, qui n’avait sans doute jamais contemplé pareille misère.


Nyima et son homme, Mohamadi, ouvrier du BTP venu de Gambie il y a 19 ans - son titre de séjour est en règle - paient chaque mois 380€ pour avoir le droit de vivre dans les peintures au plomb, l’humidité et le froid. Le propriétaire, Mohamadi ne l’a jamais rencontré. Son loyer, il le paye à une agence immobilière marseillaise, Cepi : au téléphone, d’ailleurs, celle-ci sait tout de suite de quel appartement nous parlons. "Je n’y suis allée qu’une fois, dit cette collaboratrice, mais nous l’avons loué à un monsieur seul", argue-t-elle, comme si, du coup, l’indignité était excusable.


Précisions : depuis 2009, la Ville a alerté le propriétaire de l’état alarmant de l’immeuble. Le taudis de la famille de Mohamadi y est bien mentionné : "Risque de matériaux à terme sur les personnes", y est-il écrit. Le marchand de sommeil n’a jamais donné suite. En juillet 2010, la Ville a pris un arrêté de péril simple sur le 13 rue de l’Arc ; Nyima devait être enceinte de deux mois. "On a bien cherché à aller ailleurs, on a déposé des demandes, mais on ne trouve pas", explique Mohamadi. Alertée, l’association "Un Centre-ville pour tous" a décidé de faire intervenir en urgence un huissier pour que l’insalubrité du logement soit constatée.


"J’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, soupire Nouredine Abouakil, qui ne comprend pas qu’un arrêté de péril imminent n’ait pas été pris ici, mais jamais quelque chose comme ça. Cela ne relève même plus du logement : il s’agit de la sécurité, de la santé des gens."À la Fnaim, fédération de l’immobilier, où nous avons tenté de retrouver la trace de cette agence immobilière pour le moins négligente - la Cepi n’y est pas affiliée - Béatrice Pujol, directrice du service juridique est horrifiée : "C’est tout simplement scandaleux. Les textes sont très clairs sur le caractère d’indécence d’un logement : l’agence qui a loué ce taudis engage sa responsabilité professionnelle : s’il y a un accident, c’est tout pour elle."


Arlette Fructus, adjointe UMP en charge de l’Éradication de l’habitat indigne connaît bien le 13 rue de l’Arc : "Nous l’avons repéré en 2009 et estimé la réhabilitation à 330 000€. Comme le propriétaire refuse de la faire et veut vendre à une personne sans garantie, nous préemptons l’immeuble." La vente sera conclue dans "les meilleurs délais" et les locataires relogés. "Mais quand ? s’inquiète Nouredine Abouakil. Il faut mettre ces gens à l’abri tout de suite." "On fait le maximum", assure Arlette Fructus, forte de la décision du procureur de la République de faire de la lutte contre les marchands de sommeil une "priorité" en 2011. Pour qu’aucun bébé ne soit obligé de grandir contre un mur plein de plomb.
Delphine TANGUY

 
Voir la Provence du 03 mars 2011

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0