Liberation.fr - 10/11/2009

Des référents personnels pour suivre les sans-abri

 

Le secrétaire d’Etat Benoist Apparu a dégainé mardi un plan gouvernemental pour une meilleure prise en charge des personnes vivant dans la rue et des mal-logés. Les associations ne sont pas convaincues.
 
Le secrétaire d’Etat au logement, Benoist Apparu, a présenté ce mardi matin son plan d’action pour une meilleure prise en charge des sans-abri ou mal logés. Des propositions loin d’être suffisantes et satisfaisantes de l’avis des associations.
Premier défi, créer un « service public de l’hébergement et de l’accès au logement », une idée proposée il y a un an par Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives. Comment ? Parmi les mesures annoncées :
- la mise en place d’ici au 1er avril 2010, d’un « service intégré de l’accueil et de l’orientation » sous la responsabilité des préfets.
- une meilleure organisation des acteurs de la veille sociale (maraudes, 115...) en attribuant des secteurs géographiques aux associations.
- un « référent personnel » -qui pourrait être un travailleur social associatif- pour les personnes sans-abri qui le souhaite « afin de garantir sa prise en charge dans le temps et sans rupture ». Cette idée de mesure est encore à ses débuts. Rien n’est défini : « Un groupe de travail sera chargé de définir le contenu de cette mission nouvelle dans le cadre du travail sur le référentiel prestations/coûts. »
- des opérateurs chargés de recenser toutes les demandes d’hébergement et de désigner la réponse la plus adaptée pour chaque demandeur. Cette action devrait être effective d’ici juin prochain.
Par ailleurs, quelque 2000 jeunes en service civique - qui doit être mis en œuvre à partir de 2010 - devraient être affectés aux missions de « premier accueil et d’urgence ». Une idée qui fait bondir les associations : « l’accueil d’urgence nécessite justement des professionnels ! », s’est exclamé Hervé de Ruggiero, directeur général de la Fnars (fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale).
 
Lutter contre les expulsions et l’insalubrité
Autre objectif affiché : limiter les expulsions, en expérimentant l’intermédiation locative. « Elle consiste en la reprise du bail ou la proposition d’un autre logement par une association qui sous-loue le logement à l’occupant et qui assure un accompagnement social. » La mise en place d’une garantie des risques locatifs (GRL) devrait également permettre de « sécuriser les propriétaires contre les risques d’impayés et éviter aux locataires d’avoir à fournir la caution de tiers. »
Enfin, dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne, le secrétaire d’Etat a annoncé des pénalisations financières contre les « marchands de sommeil » pour obliger le propriétaire à réaliser les travaux lui-même dans les délais impartis seront proposés au Parlement. « L’astreinte pourra aller jusqu’à 1000 euros par jour de retard à compter de l’échéance fixée pour la réalisation des travaux ».
 
Réactions plus que mitigées des associations
« La faiblesse considérable de ce plan est que dans une crise du logement sans précédent, on a justement rien sur le logement », a souligné Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre.
Pour Didier Cusserne d’Emmaüs, « on modifie l’agencement des tuyaux d’une usine à gaz mais sans forcément modifier la taille des tuyaux ». « Les bonnes questions sont posées », veut-il espérer, « mais il n’y a aucune appréciation des besoins ». Un exemple : les 5481 places d’urgences qui seront ouvertes cet hiver, dont 2126 en IDF : « Si on en a besoin pendant l’hiver, c’est qu’on en a besoin toute l’année, il faut les pérenniser ! »
Pour Hervé de Ruggiero, directeur général de la Fnars, tout est question de volonté politique : « les préfets ont des objectifs chiffrés en matière d’expulsions, de délinquance, il faut qu’ils en aient aussi en matière de lutte contre l’exclusion et la précarité ».
 
 10/11/2009 à 15h52
 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0