La Provence.com - 29/03/2010

350 000 ménages mal logés en Provence

Avec la crise, trouver un toit pour sa famille est devenu difficile voire impossible. Les situations d’urgence se multiplient.
 
Le mal logement gagne du terrain en Paca.
 
Le mal-logement gagne du terrain. Au point que la Fondation Abbé-Pierre qui a fait du sujet son cheval de bataille, estime "que la crise est sans précédent"et "que sa résolution n’est toujours pas à l’ordre du jour". Le propos tranche avec ceux du secrétaire d’État Benoist Apparu. En charge de la politique du Logement, il a effectué un tour de France qui l’a conduit dans notre région. Elle compte 2,8 millions de logements et les besoins en habitat, neuf ou réhabilité, y sont importants.
 
Le logement social n’est pas mieux loti : la région affiche l’un des taux les plus faibles de France. Le département des Bouches-du-Rhône qui concentre à lui seul la moitié de l’offre, est aussi en souffrance. Rien qu’en Paca, selon la Fondation Abbé-Pierre, 350 000 ménages sont mal-logés. Et rien que dans les Bouches-du-Rhône, 13% des logements du parc privé sont qualifiés de "potentiellement indignes". Pour la Fondation, qui vient de poser les bases d’un baromètre régional destiné à apprécier l’ampleur du mal-logement, "tout est affaire de volonté". "La mesure du besoin n’a jamais été réellement prise", juge Jean-Pierre Lanfrey, le président du comité interrégional des bénévoles.
 
La crise est bien sûr venue aggraver les choses. De nombreux salariés ont vu leur situation professionnelle se détériorer, ce qui a fait plonger des familles entières dans la précarité. "La crise touche un corps malade, confronté depuis de nombreuses années à une situation particulièrement grave. Elle contribue à l’approfondir", montrant "qu’emploi et logement ne sont pas deux mondes séparés et étanches".
 
Le résultat est que l’accès au logement devient un exercice de plus en plus périlleux pour des millions de ménages. Les recherches sont longues et ardues "pour 80% des Français", rapporte un sondage réalisé en 2009 par la Sofres pour le compte du groupe Nexity. Les loyers augmentent, la sélectivité aussi. Les propriétaires sont affectés dans leurs ressources et leurs dépenses d’entretien sont réduites. Enfin, occuper un logement ne met pas à l’abri de l’expulsion.
 
Et le droit au logement opposable, dans tout cela ? "C’est bien. Mais c’est compliqué. Les délais sont longs et déposer un dossier n’est pas une réponse à une situation d’urgence", répond Christophe Robert, le directeur adjoint de la Fondation Abbé-Pierre. Valérie et Doriane, dont nous livrons les parcours, en témoignent.
 
Jean-Luc CROZEL
 
____________________________________________________________________________________________
 
"Je me suis battue durant des mois pour mon T4"
 
Valérie Pleutin est femme de mémoire. De son parcours chaotique pour obtenir le T4 qu’elle occupe avec sa fille de 20 ans et son petit garçon de 3 ans et demi, elle n’oublie rien. "Je me souviens de toutes celles et tous ceux qui m’ont ’accueillie’ dans les offices HLM, des attitudes qui allaient de l’indifférence aux fausses promesses en passant par les remontrances parce que j’avais repéré moi-même un logement disponible. J’ai constitué dix dossiers en vain." Mais cette maman élancée de 40 ans, veuve à 28 ans, et qui termine une formation pour devenir aide-soignante n’est pas de celles qui renoncent. Après dix mois de vaines démarches et alors qu’elle ne pouvait plus rester loger chez ses parents, que la situation devenait problématique, une élue marseillaise lui a parlé de la loi sur le droit opposable au logement (Dalo).
 
"Il fallait fournir beaucoup de documents et de justificatifs mais j’étais déjà rodée avec tous les précédents dossiers que j’avais constitués.Et puis là, il y a une loi, une obligation de l’État représenté par la préfecture. On n’est pas dans l’arbitraire d’un gestionnaire qui ne prend pas en compte votre détresse." Valérie a contacté la Fondation Abbé-Pierre car elle savait qu’un dispositif avait été mis en place pour assister les personnes voulant obtenir un logement . "J’ai été assistée dans mon parcours par une juriste formidable, Marion Chauvet. Alors que l’État avait obligation de me trouver un logement dans un délai de six mois, j’en ai eu un au bout de quatre mois."
 
Séparée du père de son fils "qui ne l’aide pas matériellement", elle est dans ses murs à la cité Saint-Just, un appartement de 62 m², le long de la voie rapide Flemming qui mène à l’autoroute Nord, près du Dôme. L’ensemble est géré par 13 Habitat, ex-Opac. "Avec le double vitrage, on entend moins le bruit mais il reste toujours la rumeur." Elle est tout de même heureuse de pouvoir marquer une pause, d’aménager peu à peu la chambre du petit, de sa grande et le reste de l’appartement. L’aide personnalisée au logement prend en charge 290 euros sur les 363 de son loyer.
 
"Aujourd’hui, c’est un vrai combat de se loger. Moi je suis une battante. Une de mes amies a elle aussi engagé une procédure Dalo mais j’ai aussi des proches qui travaillent tous les deux et ne trouvent rien." Dès qu’elle travaillera, elle se lancera dans la recherche d’un appartement à acheter. Avancer, toujours. Même après avoir connu la précarité.
 
 
Retrouvez notre dossier complet, aujourd’hui, dans La Provence. 
Philippe LARUE
 
Publié le lundi 29 mars 2010 à 07H59

Et aussi

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

4/07/2014
Le marché de l’habitat est il tendu dans les Bouches du Rhône ?(ADIL des Bouches du Rhône)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/03/2017
Bilan provisoire 2016 du droit au logement opposable (DALO) en PACA (DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

28/01/2016
Le 21ème rapport sur le Mal logement(Fondation Abbé Pierre)

21/11/2015
Rendez-vous de CVPT "Le logement indigne à Marseille : changer de niveau et de méthode" (Communiqué)

7/02/2015
20e Rapport sur l’État du Mal-Logement en France 2015(Fondation Abbé Pierre)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0