La Provence.com - 16/02/2013

Marseille : la misère à visage découvert

La pauvreté apparaît de façon criante avec le déclenchement du niveau 2 du plan hivernal. L’urgence sociale se débat

Des dizaines de sans-abri attendent chaque jour l’ouverture des portes de l’Unité d’hébergement d’urgence (UHU) de la Madrague. René Giancarli (en médaillon) s’active au Samu social pour que personne ne soit laissé sur le carreau.
 

Il suffit d’une baisse subite des températures pour qu’augmente aussitôt l’inquiétude des pouvoirs publics. Se pose alors une question primordiale : où vont aller les sans-abri ? C’est à cette interrogation que répond le dispositif du plan hivernal, dont le niveau 2 a été déclenché dimanche dans les Bouches-du-Rhône, libérant instantanément à Marseille 280 places supplémentaires dans les structures d’accueil, en plus des 1 800 habituelles.

Ces frimas hivernaux persistants, et la mobilisation sociale qui en découle, ont aussi pour conséquence de mettre en évidence dans les structures d’accueil la misère qui s’étale sournoisement dans toute la ville le reste de l’année.

"Nous travaillons sur la constance mais dans ces moments-là, les soixante associations qui travaillent à la lutte contre l’exclusion essaient simplement de leur montrer qu’il n’y a pas que la solution de la rue. Un savon, une douche, du dentifrice et un peu de chaleur leur font du bien. Il y a aussi l’écoute", résume René Giancarli, le directeur du seul Samu municipal de France, dont les 70 agents vivent aussi un pic d’activités en raison de la fragilité des plus vulnérables. Quotidiennement, 5 à 8 camions sillonnent les artères de la ville pour proposer "un lit" aux démunis. "Forbin" (Fondation Saint-Jean-de-Dieu) et l’Unité d’hébergement d’urgence (UHU) de La Madrague (15e) sont les plus connues, avec une capacité de 350 places pour chacune de ces deux structures.

Gérée par l’Armée du Salut, l’UHU est en quelque sorte réquisitionnée pour répondre aux besoins du plan hivernal. 30 places supplémentaires d’hébergement viennent d’être débloquées et le lieu sert de réfectoire à ceux qui sont amenés à rejoindre le gymnase Santi de La Calade (lire par ailleurs) le soir venu. En début d’après-midi, les portes du site coincé au pied de l’autoroute ne sont pas encore ouvertes que des dizaines de sans-abri patientent dans l’indifférence générale. "Le permis de construire du nouvel UHU, près du boulevard du capitaine-Gèze, a été déposé et devrait ouvrir en 2014 contre 7 à 10 millions d’euros d’investissements. Il s’agit de donner une dimension humaine à la précarité", précise René Giancarli entre deux appels téléphoniques.

En attendant, il faut parer au plus pressé. Un médecin arrive, justement, et rejoint sa construction modulaire où l’attend l’infirmière de la coordination médicale. Tous deux sont réticents pour parler de la situation : "Vous auriez dû nous prévenir !" "Anonymement", ils se disent toutefois "submergés car il y avait 10 médecins à l’ouverture de l’UHU en 1997, pour trois infirmières". Il n’en reste plus qu’une qui vient de poser sa démission.

Certainement usée par les 25 patients qu’elle voit débouler entre 17 et 20 heures. "Problèmes pulmonaires, dermatologiques, parasitaires et de médecine générale", rapporte-t-elle. "Ça fait 4 ans que je viens et les gens alcoolisés, on ne les remarque presque plus, ajoute l’unique docteur, la misère a augmenté à tous les niveaux, je le vois aussi dans mon cabinet. La médecine a bien plusieurs vitesses. Trois au minimum". Blasé, il lâche encore : "Marseille, Capitale de la culture, c’est certain, capitale de la misère aussi".

René n’a rien entendu. Quand bien même, cela n’aurait rien changé. Il remonte dans son véhicule utilitaire qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Direction La Calade pour s’occuper d’autres nécessiteux. Ils sont légion à guetter son aide.

Franck Meynial

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0