La Gazette des communes - 20/03/2017

Logement : on prend les mêmes et on recommence ?

Publié le 17/03/2017 • Par Delphine Gerbeau 

Le thème du logement n’est pas - ou peu - abordé dans les débats de la campagne présidentielle. Et si on regarde les programmes des différents candidats, on retrouve les mêmes oppositions classiques. A tel point qu’on a une légère impression de copier-coller par rapport aux propositions de la présidentielle de 2012…

Selon une étude Kantar public réalisée pour le compte de l’Union sociale pour l’habitat, présentée le 14 mars 2017, 68 % des personnes interrogées sont mécontentes de l’action des pouvoirs publics en matière de logement, et 73 % pensent que le sujet n’est pas abordé dans les débats de la campagne présidentielle. Or, à bien regarder les programmes des différents candidats, on a une légère impression de copier-coller par rapport aux propositions de 2012… Hormis le fait que les candidats – à l’exception de Jean-Luc Mélenchon – ne se risquent plus à donner un objectif chiffré de construction de logements, échaudés par le nombre de 500 000 fixé par François Hollande et non atteint, on retrouve les mêmes oppositions classiques.

Propriétaires versus locataires

A droite, François Fillon, comme Nicolas Sarkozy en 2012, dit vouloir réserver le logement social aux plus démunis et favoriser l’accès à la propriété, tandis que Benoît Hamon reprend les promesses non tenues d’augmenter les aides à la pierre au profit du logement social à 1 milliard d’euros – tombées à 250 millions de la part de l’Etat sous le quinquennat Hollande – ou de passer le pourcentage de logements sociaux de 25 à 30 %. Quant à Emmanuel Macron, qui veut ramener plus de transparence dans les attributions de logements sociaux et mettre en place des procédures accélérées pour la construction de logements dans les territoires tendus, on a l’impression de lire le préambule de différentes lois votées ces cinq dernières années.

Sur-mesure

De la nécessité de prendre en compte la diversité des territoires et leurs problématiques en matière de logement, on n’entend en revanche peu parler. Quid, par exemple, de la vacance de logements qui se développe dangereusement dans les zones détendues ? A la mise en œuvre du droit au logement opposable, dont les carences viennent encore d’être pointées par la Cour des comptes, on répond par des solutions standardisées. Plutôt que des solutions en kit, pourquoi ne pas favoriser le sur-mesure pour les territoires ?

Cet article est en relation avec les dossiers

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0