La Provence.com - 26/09/2016

La tour La Marseillaise touchera le ciel en 2018



Homme de défis mais aussi de passions et de convictions, le président du groupe Constructa sait trouver les mots pour décrire, en les magnifiant, les projets et programmes qui font la réputation de son entreprise en France et dans le monde. C’est notamment le cas pour la tour La Marseillaise dont la construction se poursuit dans le quartier d’Arenc (2e). "Cette tour est une luminosité ; une sorte de moucharabieh. Une pièce conceptuelle qui va marquer l’histoire de l’architecture dans cette catégorie d’édifices."

Et de rendre hommage à la fois au talent de Jean Nouvel, père de cet immeuble de 135 m dont les 31 niveaux s’élèvent progressivement sur le front de mer de la cité phocéenne, et à l’engagement de Xavier Huillard, président du groupe Vinci qui réalise le bâtiment, pour conclure avec élégance : "Dans cette opération, je ne fais que récolter les fruits de leur génie."

Confirmant la livraison de la tour au premier semestre 2018, Marc Pietri a d’ailleurs pris date pour "le point d’orgue de la construction", qu’il situe entre le mois de janvier et la fin du premier trimestre 2017, avec le début de l’habillage extérieur de la tour - "un mannequin encore dénudé que l’on va apprêter pour le défilé, en lui ajustant sa robe et sa coiffe". Mais La Marseillaise n’en reste pas moins un immeuble de bureaux à vocation commerciale dont il faut avant tout rentabiliser l’édification.

"75% du marché locatif est quasi public"

"30 % de la surface restent à louer, dont 25 % sont en négociations avancées", précise Marc Pietri, ajoutant aussitôt : "En faisant La Marseillaise, j’ai répondu à une commande de la Ville. Si j’avais voulu réaliser une opération financière, je me serais contenté de construire quatre petits bâtiments que j’aurais déjà vendus en gagnant certainement beaucoup plus d’argent."

Et d’attirer l’attention sur un autre élément qu’il juge déterminant pour la compréhension d’un projet de cette ampleur : "Nous ne sommes pas à Paris mais en province. Ici, 75 % du marché locatif est quasi public", explique Marc Pietri, plus que jamais convaincu que "les grands projets immobiliers ou d’urbanisme doivent être portés politiquement". Il l’affirme : "C’est comme cela que ça se passe dans toute la France, mais dans le Midi, il y a toujours des réticences, des doutes, des inquiétudes - à l’exception d’Euroméditerranée parce que ce projet d’aménagement est porté par l’État."

Et de rêver - tout en saluant la naissance de la Métropole - que les Provençaux puissent réussir un jour ce que les conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont su mener à bien "en fusionnant leurs quatre établissements fonciers d’aménagement". Le chef d’entreprise sait pourtant que les choses ne sont pas forcément plus simples ailleurs. Pas même aux États-Unis où il travaille régulièrement et où surgissent des obstacles, certes d’une autre nature mais parfois aussi difficiles à surmonter. Et de raconter avec presque plus de fierté que d’amertume comment son project manager en charge de la conduite des travaux du Sofitel New York lui a été "piqué" en cours de chantier par... Donald Trump, qui en avait besoin pour une opération immobilière urgente.

Aujourd’hui, Marc Pietri s’amuse de l’anecdote. Et pour cause : si le candidat à l’élection présidentielle américaine a le bras long, le patron de Constructa a plus d’une tour dans son sac...


La tour Horizon, un peu moins haute ?

Le front de mer entre la tour CMA CGM et le Silo avec, au centre, le programme "Les Quais d’Arenc" avec ses quatre immeubles : le Balthazar et les futures tours La Marseillaise, Horizon et H99.

Projet phare de Constructa en Europe du Sud avec la construction de quatre bâtiments dont trois immeubles de grande hauteur, l’opération "Les Quais d’Arenc", sur le front de mer de Marseille, mobilise toute l’énergie du groupe familial depuis près de quinze ans. Une opération qui pourrait cependant connaître une évolution notable avec la réduction substantielle de la hauteur de la future tour Horizon dessinée par Yves Lion, et dont le toit terrasse devait culminer, à l’origine, à 113 mètres au-dessus du sol. 

Comme l’explique le président Pietri, "cette tour est un peu trop haute. Elle mériterait une percée. Nous la sortirons de toute façon mais elle ne sera peut-être pas aussi élevée que prévu. Cela permettra d’ailleurs d’accélérer sa construction pour que nous puissions nous consacrer ensuite pleinement à la H99 (une troisième tour de 99 mètres de haut, dessinée par son fils Jean-Baptiste, Ndlr). Nous espérons être en mesure de déposer le permis de construire rectifié de la tour Horizon au premier trimestre 2017 afin de pouvoir démarrer les travaux dans la foulée, d’autant plus facilement que le bâtiment est déjà prévendu".

 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0