NouvelObs.com - 14/03/2009

Logement : le retour des expulsions

L’approche des beaux jours signifie aussi le retour des expulsions locatives. Après quatre mois et demi de "trêve hivernale", celles-ci vont pouvoir reprendre dans toute la France à partir de lundi.

Dans le contexte actuel de crise économique et de hausse continue du chômage, de nombreuses voix -dont celles des associations d’aide aux mal-logés et aux plus démunis, et la Ville de Paris- s’élèvent pour demander au gouvernement un moratoire des expulsions pour toute l’année 2009.

La "trêve hivernale" des expulsions locatives prend fin comme chaque année le 15 mars, dernier jour de son application. A partir de lundi matin, et jusqu’au 1er novembre prochain, des dizaines de milliers de ménages en difficulté, visés par un jugement d’expulsion pour impayés de loyer, peuvent donc se voir sommés de quitter les lieux avec, si nécessaire, le concours des forces de l’ordre.

Face à cette situation, toutes les associations d’aide aux plus démunis demandent au gouvernement un moratoire des expulsions locatives pour l’année 2009, d’autant plus que le chômage ne cesse d’augmenter depuis le mois de mai dernier avec la crise, alors que les loyers ne baissent pas.

"Alors qu’on nous annonce plus de 300.000 chômeurs de plus en 2009 et que les loyers flambent, on ne peut pas laisser les choses en l’état", explique à l’Associated Press le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Patrick Doutreligne.

Les associations dénoncent également la loi Boutin sur le Logement adoptée en février par le Parlement et qui réduit de trois à un an les délais qu’un juge peut accorder avant une expulsion.

Une trentaine d’organisations, en tête desquelles l’association Droit au logement (DAL) appellent d’ailleurs à manifester à Paris dimanche pour un moratoire, l’arrêt des expulsions sans relogement, et la réquisition des logements vides. Des rassemblements sont également prévus à Toulouse et Marseille et le DAL annonçait pour ce samedi d’autres manifestations à Mulhouse, Strasbourg, Nancy, Rouen, Lille, ou encore Clermont-Ferrand.

Et lundi, la Fondation Abbé Pierre et Emmaüs constitueront place de la République à Paris une "montagne de matelas", pour manifester leur "indignation face à la reprise des expulsions". "Aujourd’hui, le logement représente le premier poste de budget des Français, et 500.000 ménages sont en situation d’impayés de loyers", déclarent les deux associations.

"La décision du gouvernement de réduire de trois ans à un an la période durant laquelle le juge peut suspendre l’expulsion va fortement fragiliser la situation de nombreux locataires en difficulté", déclare de son côté le Ville de Paris dans un communiqué. Elle affirme qu’elle "partage les inquiétudes des associations de solidarité qui s’opposent à cette régression sociale" et demande "au gouvernement un moratoire sur les expulsions de locataires de bonne foi en 2009".

Confrontée à cette mobilisation, la ministre du Logement Christine Boutin a assuré jeudi dernier que cette année, il n’y aura "plus personne à la rue en conséquence d’une expulsion". "Désormais, il n’y aura plus de personnes mises à la rue, plus d’expulsions sans une solution de remplacement", avait même précisé la ministre dans un entretien au journal "Le Parisien/Aujourd’hui en France".

La ministre a en fait adressé aux préfets la consigne suivante en la matière : "en accordant le concours de la force publique sollicité pour l’exécution de la décision judiciaire d’expulsion, vous veillerez dans tous les cas à ce qu’une proposition au moins d’hébergement provisoire soit faite aux personnes". AP

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0