la Marseillaise.fr - 6/09/2016

Essoufflé, le coeur ancien de Marseille cherche une nouvelle inspiration


Écrit par Florent De Corbier - lundi 5 septembre 2016 08:09

Une centaine d’enseignes ont participé samedi à une braderie en centre-ville. Un moyen de reconquérir une clientèle poussée vers de nouveaux pôles commerciaux qui fragilisent ce secteur historique de Marseille.

Ce n’est pas l’info de l’année : un peu partout, bon nombre de commerces de centres-villes souffrent : concurrence des centres commerciaux, commerce en ligne ou conjonctures économique et sécuritaire en sont en partie la cause. Marseille n’échappe pas au constat. Régulièrement lors des assemblées politiques, le débat resurgit entre une opposition alarmiste et une majorité qui préfère parler des ouvertures plutôt que des fermetures de boutiques.

Alors, quand une initiative, comme la braderie des commerçants de samedi, surgit, tout le monde se félicite. « De nombreux commerçants regrettent de ne pas être dans le périmètre concerné, preuve de l’enthousiasme suscité par l’événement », apprécie Marie Bagnoli, présidente de l’association « rue Grignan Marseille », qui organise la braderie. « Le but est de repeupler le centre-ville en proposant une balade familiale, que les gens se rendent compte que le centre-ville possède la plus grosse offre commerciale de Marseille », soutient -elle.


[REDIFF] L’image du centre ville de Marseille écornée n’affole pas les professionnels


« On se prête volontiers aux nouveautés car il y a besoin de relancer le centre-ville, pas terrible en ce moment », assure Gilbert Vigorito. Le co-gérant du restaurant « Le Vendôme » s’est mis dans l’ambiance et proposera un menu braderie avec moules-frites. « C’est un bon début car il y a des choses à faire pour le centre-ville », estiment, de concert, Marie et Alexia de la boutique de vêtements « Friends ». Elles espèrent que la braderie « attirera de nouveaux clients ».

Même sentiment chez « L’Ornithorynque », place Lulli. Hélène et Cyrille, les deux employées, pensent que la braderie « permettra de se réapproprier le centre-ville ». En ce sens, elles souscrivent à sa piétonnisation régulière, comme cela peut se faire dans d’autres grandes villes. « Pourquoi pas », répond Solange Biaggi adjointe (LR) au maire en charge du commerce, mais qui attend « les retombées de la piétonnisation de la braderie » pour évaluer la faisabilité, qui pourrait être d’une fois par mois.

« Un écrin somptueux »

« C’est un gros événement qui peut faire venir du monde, toutes les initiatives sont bonnes à prendre », abonde Guillaume Sicard, président de la fédération Marseille centre qui regroupe les commerçants du centre-ville. S’il n’a pas de mal à reconnaître que la situation générale du coeur historique est « compliquée » et qu’il manque une « réflexion globale sur le centre-ville », ce gérant d’une boutique de T-shirts ne veut pas noircir le tableau et croit au regain. « Le centre-ville est un peu morose, victime d’un petit immobilisme mais quand on souffre, il faut se retrousser les manches », enjoint Marie Bagnoli tout en vantant ses atouts : « On a la chance d’avoir un écrin somptueux avec des façades classées ».

La Ville met, elle, en avant les quelque 4 500 commerces, générant un chiffre d’affaires d’environ 760 millions d’euros. « Nous avons des rues à thèmes bien identifiées, c’est ce qui fait sa spécificité par rapport aux centres commerciaux », défend Solange Biaggi. Longtemps dépourvue en la matière, Marseille a voulu mettre un frein à l’évasion commerciale en construisant (Terrasses du Port, Docks, Voûtes de la Major et bientôt Prado-Vélodrome) de nouveaux pôles ou en rénovant d’existants (Valentine, Bonneveine, rue de la République). « On a rattrapé notre retard en 15 ans », indique l’adjointe au commerce. Avec pour conséquence un impact très fort sur le centre-ville, coeur commercial historique, qui a vu l’activité se disséminer ailleurs.

Raison pour laquelle, notamment, la Ville a demandé à l’État d’inscrire le centre-ville en zone franche. Une demande a été envoyée fin avril. « On va relancer le Premier ministre ce mois-ci », assure Solange Biaggi qui compte surtout en faire bénéficier les professions libérales, les commerçants bénéficiant déjà de certaines exonérations fiscales.

Florent de Corbier

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0